Comme à l’accoutumée, les Hirakistes habituels sont toujours au rendez-vous le vendredi, quelles que soient les circonstances, pour dire non à la «Issaba», «Daoula madania, machi askaria», «sahafa chiatine», allusion aux chaînes TV n’assurant pas la couverture du Hirak depuis belle lurette. Avec un emblème de plusieurs mètres, les Hirakistes ont longé les rues menant de l’esplanade de la commune vers le siège de la wilaya, en passant par l’ex-station de voyageurs. Avec toujours les mêmes slogans appelant au changement radical et la rupture réelle avec le système, les marcheurs ont rallié la rue du 1er-Novembre, encouragés par des curieux, et ont alors rejoint le lieu habituel du rassemblement, en l’occurrence l’esplanade de la Cnas, avant de se disperser dans le calme. Certains Hirakistes ne sont pas près d‘abandonner le mouvement quelle que soit la situation, voire demeurent décidés à convaincre de nombreux amis et d’ex-Hirakistes à venir élargir leurs rangs.
Les jours à venir nous éclaireront certainement ! n