La wilaya d’Oum El Bouaghi a bénéficié, dans le cadre du programme sectoriel déconcentré de 8 opérations destinées au renforcement de l’alimentation en eau potable (AEP) dans les communes de Meskiana, Aïn Beïda, Aïn Fakroun, Sigus, Fkirina.

Quatre autres opérations sectorielles renforceront l’AEP dans les communes de Henchir Toumghani, Oum El Bouaghi, Aïn Fakroun, Sigus, selon des sources concordantes. D’autre part, une enveloppe de 363 400 000 DA a été allouée dans le cadre des Plans communaux de développement (PCD) 2018 pour la réalisation de 45 opérations pour les communes déficitaires en AEP. Dans le souci de rationaliser l’utilisation de l’eau, un programme a été mis en place pour la réhabilitation et la rénovation de ces réseaux.
De ce fait, selon nos sources, il est prévu la mise en service de 9 forages pour un débit de 6 600 m3/jour pour une population de 44 000 habitants, avec la réalisation de 5 réservoirs.
La réception de 17 autres forages et 9 réservoirs est prévue avant la fin de 2018 pour une population estimée à 67 000 habitants.
Ces réalisations seront d’un impact plus que positif sur l’AEP de 6 autres communes, en l’occurrence Aïn Fakroun, Aïn Kercha, Aïn Mlila, Aïn Beïda, Oum El Bouaghi, Henchir Toumaghni, dont plus de 500 000 habitants bénéficieront durant l’année en cours de l’eau du barrage d’Ourkis.
Enfin, il importe de rappeler qu’en attendant l’arrivée de l’eau du barrage d’Ourkis (Aïn Fakroun), des communes de la wilaya accusent un déficit accru de l’AEP les contraignant à avoir recours aux colporteurs d’eau.
Parmi elles, les communes d’Ouled Hamla, Bir Chouhad, Aïn Kercha et Souk Naâmane. La dernière commune, jadis l’une des plus importantes régions maraîchères de la wilaya, s’est retrouvée à cause du déficit en eau (forages et puits à sec) classée « Zone rouge » sans possibilité aucune de procéder au fonçage de nouveaux puits ou forages!