Pas moins de 16 423 démunis attendent depuis des mois l’arrivée de leur allocation forfaitaire de solidarité (AFS), selon des sources concordantes de la Direction de l’action sociale de la wilaya d’Oum El Bouaghi. 

 

Parmi ces démunis, l’on comptabilise à travers la wilaya 8 087 malades chroniques, 1 223 veuves, responsables de famille, 4 428 personnes âgées, 510 non-voyants, 1 639 handicapés moteurs et mentaux, 497 familles ayant à charge un handicapé et 39 personnes âgées vivant seules. Ces franges de nécessiteux, qui vivent dans la précarité totale, souffrent le martyre face à un quotidien amer et difficile.
Pis encore, les malades chroniques tels les diabétiques, hypertendus et autres asthmatiques ne disposent même pas de carte Chifa. Une situation contraignant certains des plus démunis à tendre la main parfois pour acheter des médicaments.
Il ne faut pas aussi oublier la situation catastrophique vécue par des veuves n’arrivant plus à subvenir aux besoins élémentaires de leurs bébés (lait, couches…), alors que des personnes âgées, vivant seules, sont livrées à elles-mêmes sans assistante sociale.
Vivant un véritable calvaire face à la rigueur hivernale marquée par la descente rapide du thermomètre et ne sachant à quel saint se vouer après le dépôt de leurs dossiers concernant l’AFS depuis des mois, les démunis en question lancent un véritable appel de détresse en direction des responsables locaux, notamment le chef de l’exécutif, pour la prise en charge de leurs dossiers d’aide (AFS) et particulièrement les doter de cartes Chifa leur permettant de se soigner loin de la précarité et l’humiliation.