Après un long déficit pluviométrique, les pluies et l’apparition des flocons neige ont été accueillies avec enthousiasme par les fellahs de la région. Symboles d’espoir et du début d’une bonne année agricole.

Par Kader M.
Alors que les services de la météo font état de la persistance de la neige, les responsables locaux de la wilaya d’Oum El Bouaghi semblent avoir pris, cette fois, le taureau par les cornes pour faire face aux intempéries et notamment à la neige.
Exception faite pour tôt matin, où la circulation était difficile, les axes routiers de la wilaya étaient tous praticables permettant ainsi aux citoyens de se déplacer dans les conditions normales, et ce, après l’intervention des services des travaux publics avec les moyens adéquats pour prévenir toute éventualité d’impact de la neige sur les tronçons routiers et faciliter ainsi la circulation routière. Il s’agit notamment de ce que l’on désigne comme points noirs, les lieux dits Chouf Daba (Aïn Fakroun), Tlath El Hamri (Sigus), Aïn Diss (daïra de Aïn Babouche), Touzeline (Oum El Bouaghi), Aïn Chedjra (Meskiana). Des sources concordantes font part de la prise de toutes les mesures par le district Naftal pour acheminer les quantités nécessaires de gaz butane vers les points de vente et les mechtas.
Cela étant, la neige tant attendue depuis l’installation du froid rigoureux en ce mois de décembre s’est manifestée dans la nuit de dimanche à lundi avec les premiers flocons, contraignant les habitants de cette région des Aurès à sortir manteaux, kachabias, burnous, canadiennes, capuchons, pulls en laine pour se réchauffer et mettre en marche chaudière, poêle et autres appareils de chauffage. Néanmoins ce sont surtout les hauteurs, comme le mont de Sidi Rghiss, surplombant la ville d’Oum El Bouaghi, qui se sont recouvertes d’un manteau blanc, car dans la ville, à travers les artères, les pluies ayant précédé la tombée de la neige ne lui ont pas permis de les couvrir.
Néanmoins, l’apparition des flocons a été accueillie avec enthousiasme par la population et, particulièrement, les fellahs de la région. Les flocons de neige symbolisent l’espoir et le début d’une bonne année agricole les encourageant à entamer les derniers travaux de la terre.
Il importe de rappeler que la région a vécu un déficit pluviométrique à tel point que les autorités ont organisé la prière d’El Istiska, pour la circonstance.
Réputée pour ses étendues de terres céréalières avec particulièrement celles de la zone sud aux besoins importants du liquide vital, la région d’Oum El Bouaghi, dont la vocation est agricole, est plutôt caractérisée par un climat semi-aride durant toute l’année. Une situation engendrant parfois un manque de pluviométrie et des conséquences désastreuses sur les productions céréalières, comme cela a été le cas l’année dernière. D’où l’espoir et l’enthousiasme renaissent dans le monde agricole avec cette neige, précédée par la pluie.
Pour ce qui est des ressources hydriques, cela est un bon signe quant à la possibilité d’alimenter les nappes phréatiques et arroser les vastes étendues céréalières.
Enfin, ce manteau blanc n’a pas laissé indifférents les jeunes et les adultes, amateurs de boules de neige et de photo pour immortaliser le paysage. Il faut rappeler que depuis des années, les citoyens de la région n’ont pas vu la neige tomber. <