Avec la conjoncture sanitaire vécue par le pays à cause du Covid-19, à l’instar des autres pays, certaines corporations activent sans répit dans la prise en charge des patients, médecins, paramédicaux, travailleurs de la santé et d’autres veillent à la quiétude des citoyens et au respect de la réglementation dans le cadre de la prévention du nouveau coronavirus, police et gendarmerie.


Devant leurs efforts conséquents déployés pour la prévention et la santé des citoyens des actions d’encouragement sont alors entreprises çà et là par divers acteurs de la société civile. Dans ce sillage, les services de police ont organisé en début de semaine, en collaboration avec l’Association des oulémas musulmans algériens, l’association El Bassair pour la culture et les sciences et les services de la Protection civile, un sit-in d’honneur et d’encouragement en direction des médecins et paramédicaux et autres travailleurs du secteur de la santé pour leur rendre hommage pour les efforts consentis face à la pathologie du Covid-19, accompagné d’applaudissements et ovations devant les EPH Inb Sina, Mohamed-Boudiaf et l’Etablissement public de santé de proximité, de la nouvelle ville Makomadès. D’autre part, une initiative plus que louable a été entreprise par les Scouts musulmans algériens, en collaboration avec certaines associations du mouvement de la société civile, la cellule de vigilance et des associations de médecins, en direction des éléments du corps de police. Il s’agit de l’organisation d’un rassemblement similaire d’honneur et d’encouragement en faveur des éléments de la police en remerciement pour leurs efforts déployés sur le terrain en matière de prévention et de lutte contre le Covid-19 et de veille sur la quiétude et la santé des citoyens en cette période sanitaire conjoncturelle.
Les personnels hospitaliers sous pression
La crise sanitaire due au coronavirus a mis à rude épreuve les personnels médicaux et paramédicaux de l’établissement hospitalier Ibn Sina de la ville d’Oum El Bouaghi, qui doivent à la fois s’adapter et faire face à une situation exceptionnelle. Dès l’apparition des premiers cas de contamination, une cellule médicale a été installée pour assurer l’accueil des malades suspects, ainsi que la mise en confinement et la prise en charge des cas confirmés d’infection par le Covid-19, a expliqué le directeur de l’hôpital, Saber Bouaziz. Le staff médical est composé de médecins spécialistes, dont des infectiologues et des anesthésistes-réanimateurs, des médecins généralistes et de paramédicaux, a-t-il ajouté. Afin de se préparer à tous les scénarios d’évolution de l’épidémie, l’hôpital a réservé un service entier pour l’accueil des cas suspects ou confirmés avec une structure de réanimation de 4 lits équipés et un plan d’intervention des staffs médicaux à la disposition desquels les moyens de protection ont été mis, a affirmé le responsable. Aussi, il a précisé que les prélèvements de mucus nasal pour les tests de dépistage du Covid-19 sont envoyés pour analyse à l’institut Pasteur d’Alger ou à son annexe à Constantine.
Un centre médical avancé pour mieux gérer la situation
Face à un tel challenge, l’hôpital Ibn Sina s’est doté d’un centre médical avancé à son entrée pour l’accueil des cas suspects avec deux salles isolées et équipées de moyens de diagnostic préliminaire, ainsi que des moyens de protection, a affirmé de son côté le médecin coordinateur et chef du service des urgences médico-chirurgicales, Dr Nadjib Allali. Le centre assure le diagnostic des cas suspects, la prise des prélèvements pour les tests de dépistage et la prise en charge adaptée des patients dont l’infection est confirmée, a poursuivi Dr Allali. Plusieurs dizaines de cas suspects ont été admis au centre, parmi lesquels certains se sont avérés atteints d’une grippe saisonnière. D’autres cas ont nécessité un prélèvement et leur mise en confinement sanitaire avec isolement des patients et un recours aux procédés de protection contre la contagion des staffs médicaux et paramédicaux, selon le praticien. L’épidémie du nouveau coronavirus a mis à rude épreuve le personnel de santé, qui doit faire face à un quotidien accentué par «la méfiance» de leur entourage à leur égard, du fait des risques accrus de contamination encourus par les travailleurs de la santé, a-t-il noté. Dr Allali a confié que ses enfants et son épouse ont dû quitter le domicile familial de crainte de se voir contaminés par le Covid-19, tandis que ses voisins et ses connaissances évitent désormais de le croiser. «Je comprends leur comportement et cette distanciation ne m’affecte pas», a-t-il assuré, poursuivant qu’au contraire, ces comportements, qui sont, selon lui, «totalement naturels» consolident davantage sa détermination à continuer à servir le secteur de la santé public et les malades. Zakaria Rebaï, infirmier à l’hôpital Ibn Sina, qui fait partie de l’équipe chargée de suivre les malades infectés ou suspectés d’infection par le Covid-19, a affirmé pour sa part qu’il était comme tous ses collègues, «disposé à faire face à toute évolution éventuelle de l’épidémie et à servir les malades en dépit des risques encourus». n