Initiative plus que louable que celle entreprise par la maison de la culture Nouar-Boubekeur, du chef lieu de wilaya, en cette période marquée par une chaleur implacable, contraignant les citoyens, particulièrement les familles, à sortir et veiller tardivement la nuit pour se rafraîchir quelque peu. Dans le cadre d’un programme ayant pour objectif primordial de meubler les nuits chaudes, à travers les communes de la wilaya, la maison de la culture Nouar-Boubekeur a mis en place un riche programme culturel et artistique, en collaboration avec la direction de la culture, la direction de la jeunesse et les sports, l’Office des établissements des jeunes (ODEJ).Chapeautée par le commissariat du Festival local des arts et cultures populaires, la manifestation qui s’étale sur huit jours, vient à point nommé pour atténuer quelque peu l’ennui et le farniente régnant dans la région en l’absence de moyens de distractions et son éloignement de la grande bleue. De ce fait, durant huit jours, les communes de la région vibreront au rythme du patrimoine folklorique, de la chanson chaoui, de la musique moderne, du baroud… qui gratifieront à l’occasion les mélomanes et amateurs de soirées artistiques animées par une panoplie de chanteurs, d’artistes et detroupes. Ainsi pas moins de 6 communes, en l’ocurrence Oum El Bouaghi, Aïn Mlila, Souk Naâmane, Berriche, Ouled Hamla, Bhir Chergui, vivront du 28 juillet au 4 août 2019 au rythme des chants folkloriques des troupes Oumathens, Segunia Rahaba, Rahaba Ouled Mahboub, des chansons des artistes et chanteurs Fahim Tir, Sabri Ahcéne, Fathi Lounis, Abdelkader Ghediri, Smaïl Ferrah, Larbi Harrath, des chebs Zoheir, Chawki, Kheirou, Toutou, Chaker Kalli. Enfin de nombreuses troupes animeront aussi des soirées à l’exemple de celle de Aïssa Djarmouni, Ouled Ali, Ithrénes, Nabi Merzoug, Sfouh Chall, mettant à l’occasion en exergue le patrimoine du chantre des Aurès Aïssa Djarmouni, et autres chansons reflétant la vie ancienne dans les montagnes et zones rurales. n