Les pharmaciens d’Oum El Bouaghi ont baissé rideau jeudi de 10h00 à 12h00 pour exprimer leur dénonciation du meurtre d’un gérant d’officine dans la ville d’Ain Fakroun. «Cette action qui a mis à contribution 189 pharmaciens de toutes les communes de la wilaya vient dénoncer le meurtre dont a été victime le mari d’une pharmacienne et dans le même temps le gérant de l’officine et attirer l’attention des autorités sur la multiplication des agressions contre les officines et la nécessité d’en renforcer la sécurité», a affirmé à l’APS le président du Syndicat national algérien des pharmacies d’officine (Snapo), Messaoud Belambri. Les agressions répétées contre les pharmaciens à travers le pays ont pour cause principale les psychotropes, a ajouté le président du Snapo qui a ajouté que son syndicat préconise l’installation dans les wilayas de commissions composées de représentants de la santé, de la Sûreté nationale et du Snapo pour prendre des mesures de contrôle de la délivrance des ordonnances, l’activation de la surveillance vidéo dans les pharmaciens et l’intervention d’urgence en cas de besoin.