Le nouveau chef de l’Exécutif de la wilaya d’Oum El Bouaghi, Tibourtine Zine Eddine, nommé à la faveur du mouvement partiel opéré dans le corps des walis par le Président de la République, a été installé, jeudi, dans ses nouvelles fonctions lors d’une cérémonie officielle abritée dans la salle de délibérations de l’Assemblée populaire de wilaya à laquelle ont pris part l’ex-wali Hadjaj Messaoud, les autorités civiles et militaires, les élus locaux, les députés et les notables.

Prenant la parole, l’ex-wali a présenté avec émotion ses vifs remerciements à la population, à tous les responsables de la wilaya d’Oum El Bouaghi ainsi qu’aux médias qui l’ont soutenu et accompagné durant son cours passage dans la région qu’il a qualifié de moudjahida et d’hospitalière.
«Mon passage à Oum El Bouaghi sera gravé comme un souvenir inoubliable, néanmoins à chaque début, il y a une fin. J’ai souhaité et voulu que la wilaya soit exemplaire en déployant des efforts pour atténuer les difficultés et répondre aux préoccupations des citoyens, notamment en matière de désenclavement, de réalisations de structures éducatives, mise en place d’une Epic d’amélioration urbaine et de l’environnement, de renforcement des équipements des structures hospitalières, mais le destin a voulu que notre parcours s’arrête là ». Lui succédant, le nouveau chef de l’Exécutif a tenu à remercier le Président de la République pour sa confiance en le plaçant à la tête de la wilaya d’Oum El Bouaghi, pour laquelle il a promis un nouveau souffle et une dynamique à l’essor de développement, en comptant sur les efforts de tout le monde. « Des défis sont à relever avec la poursuite de la concrétisation des programmes de développement, la modernisation et l’amélioration de la qualité du service public. La prise en charge des préoccupations majeures des citoyens tels le logement, l’AEP, l’environnement, les loisirs, la jeunesse, la santé, l’éducation, est mon souci majeur. La participation citoyenne et toutes les énergies et la valorisation du dialogue demeurent impératives pour mener à bien notre mission », a affirmé à l’occasion M. Tibourtine. Ce dernier, qui a promis d’achever tous les chantiers entrepris par son prédécesseur, a été installé, alors que des demandeurs de logements et lots de terrain vivaient le 6e jour de grève de la faim devant l’entrée du Cabinet de la wilaya en présence d’un renfort de policiers. D’autres mouvements de protestation pour des préoccupations diverses ont précédé l’arrivée du nouveau chef de l’Exécutif. Il s’agit des riverains de l’ex-station de voyageurs qui attendent impatiemment le nouveau chef de l’Exécutif après avoir observé un mouvement de protestation auparavant, lors du transfert de l’activité de l’ex-station des voyageurs vers la gare routière Sogral, pour exposer leur préoccupation majeure, en l’occurrence la redynamisation de l’activité de l’ex-station en « station de transport urbain » à l’instar de celles existant dans les autres villes du pays, pour permettre aux commerçants riverains, plus d’une centaine, ayant à charge des familles de reprendre leurs activités. D’autre part, les citoyens de Aïn Beïda, la plus grande agglomération, n’ont pas manqué, il y a quelques jours, de protester à l’entrée de la commune pour dénoncer la situation des retards dans la réalisation des projets ayant trait à leur cadre de vie et la distribution des lots de terrain et des logements et exiger carrément le départ de toute l’Assemblée populaire communale. Enfin, le volet sur lequel repose la dynamique de développement de la wilaya demeure l’investissement qui tâtonne encore et tarde aussi à décoller pour renforcer et accompagner la vocation agricole, au demeurant encore archaïque dans certaines zones.