Les fidèles et habitués du Hirak du vendredi demeurent intraitables sur la question. Ils sont là quelles que soient les circonstances, pluie, froid, chaleur, coronavirus… rien ne les empêche de se rassembler sur l’esplanade de la commune devenue le symbole du mouvement.
Ce vendredi aussi, ils sont partis de là vers 14H, comme à l’accoutumée, après la prière du vendredi aux cris «Madania Machi Askaria», «La lil Issaba» «Libérez les détenus d’opinion», pour sillonner la ville.
Les Hirakistes exhibant un grand emblème ont longé l’avenue menant de la Maison de la culture vers l’ex-SNTV, pour rallier le siège de la wilaya où ils ont observé leur halte habituelle et faire entendre leurs slogans habituels anti-système, avant de se retrouver sur la rue du 1er-Novembre.
Le long de cette dernière, ils défilent devant les commerçants et les curieux dont certains les rejoignent pour agrandir les rangs afin de parcourir près de 2 kilomètres pour arriver à l’esplanade Zabana, lieu de rassemblement habituel pour se disperser et se donner rendez-vous la semaine prochaine.