« Il faut assainir le fichier des investisseurs et dénicher ceux qui veulent réellement travailler. Pour ce qui est des lots de terrains attribués sans pour autant que les projets démarrent, au moment où d’autres personnes sont en quête de terrains, il faut procéder à l’annulation des attributions.

Il ne suffit pas de créer des zones d’activités et de dépôts, mais il faut tenir compte des besoins de la région. Investir n’est pas octroyer des lots de terrains pour des activités sans une réelle vision sur l’impact, ni étude ni contrôle », avait martelé le chef de l’Exécutif lors de sa visite sur le site de la ZAD de Ksar Sbahi. Cette dernière, créée en avril 1984, d’une superficie de 40 690 m2 comporte 33 lots dont 26 publiés, mais ne dispose toujours pas de l’éclairage public. Sur 19 projets au total, 14 non pas encore été lancés et 5 sont en cours d’annulation, 36 ont reçu des mises en demeure transmises aux investisseurs.

La tournée a permis au chef de l’Exécutif de s’informer sur le terrain de la situation des projets de développement et des préoccupations majeures des citoyens. Elle a débuté par l’inspection du projet de réalisation d’une station service sur la RN 102 par un investisseur privé. S’étalant sur une superficie de 2 500 m2 et d’un coût global de 68 869 000 DA, l’infrastructure comporte un restaurant, une cafétéria et une station lavage-graissage. Le projet lancé en novembre 2015 est d’une capacité de 150 m3 de carburant et 20m3 de GPL, dont la réception est fixée au 15 janvier 2019, et prévoit la création de 14 emplois. La station, une fois achevée, viendra à point nommé renforcer la distribution des produits pétroliers dans cette zone quelque peu isolée de l’axe Oum El Bouaghi-Annaba. Satisfait de l’initiative, le chef de l’Exécutif n’a pas manqué d’encourager l’investisseur en affirmant : « Soutenir et accompagner les réels investisseurs pour la concrétisation de leurs projets, telle est la politique du gouvernement. »
L’absence de chauffage à l’école Fantazi n’a pas manqué de soulever l’ire du chef de l’Exécutif qui a exigé de mettre en place d’urgence au moins 2 climatiseurs pour chauffer les élèves.
Le projet de réalisation de 2 classes en remplacement à l’école Fentazi à Mechta El Maleh a fait auparavant l’objet d’intérêt du chef de l’Exécutif. Entrant dans le cadre du plan communal de développement (PCD) 2018, d’une autorisation de programme de 6 820 000 DA, le projet qui s’étale sur une superficie de 198 m2 comptabilise un taux d’avancement des travaux de 80%. « Absence de salle de soins, routes sans revêtement, absence de l’éclairage, alimentation en eau potable, arrêt de bus, marginalisation », avait lancé l’un des représentants des habitants de la bourgade El Mallah.
« Insuffisances certes, mais pas marginalisation », telle a été la réplique du chef de l’Exécutif qui a, cependant, rassuré les citoyens de la prise en charge de leurs préoccupations majeures, au demeurant, l’objet de son déplacement.
La salle de soins prenant en charge les patients de Mechta El Mallah, Ngoussa, Ras Gourn, Mebdoua dont la réhabilitation achevée dans le cadre du PCD 2018 pour une enveloppe de 1 300 000 DA, a fait l’objet d’inspection du chef de l’Exécutif qui a insisté sur la présence permanente du staff médical.
Enfin les services de l’état civil et de la biométrie, vitrine des communes et aussi les plus fréquentés par les administrés, n’étaient pas en reste puisque le chef de l’Exécutif n’a pas manqué de les visiter et s’informer de près sur son fonctionnement.