Installé dans ses nouvelles fonctions jeudi par le chef de l’Exécutif, le nouveau directeur de l’éducation de la wilaya d’Oum El Bouaghi, en l’occurrence Benmessaoud Rachid, en remplacement de Azoud Mohamed, exerçant auparavant la fonction de secrétaire général de la direction de l’éducation de Bouira, est déjà à pied d’œuvre.
Cela demeure impératif pour le nouveau responsable du secteur stratégique de l’éducation au vu des difficultés et problèmes cumulés par le secteur ces dernières années. En effet, ce dernier a du pain sur la planche quant à les atténuer et améliorer les rendements notamment en matière de taux de réussite particulièrement celui de l’examen du baccalauréat.
Le classement de la wilaya, dans le lot des 10 dernières, laisse à désirer au vu de sa régression successive durant les quatre dernières années, soulevant ainsi moult interrogations chez les parents dont les cours de soutien leur coûtent les yeux de la tête.
Une situation qui a contraint les responsables à réfléchir sur l’éventuelle organisation d’assises de l’éducation au niveau de la wilaya. Au plan de l’infrastructure, nombreuses sont les écoles dont la vétusté exige une réhabilitation pour laquelle une enveloppe de près de 100 milliards de centimes a été dégagée par les pouvoirs publics en faveur de 131 établissements.
Cependant, le suivi de l’opération sur le terrain se doit d’être rigoureux. S’agissant des cantines, la situation n’est pas du tout reluisante puisque celles qui continuent à fonctionner ne répondent pas aux normes, à l’exemple des salles de classe, les halls et logements et servant des repas froids. La tenue tardive du conseil d’administration des cantines scolaires influe négativement sur leur fonctionnement au détriment des exigences des élèves.
Le transport scolaire n’est pas en reste, particulièrement dans les zones rurales éloignées, où les élèves subissent les pires difficultés à rejoindre les banc d’école en parcourant des kilomètres quotidiennement, notamment en saison hivernale d’où la nécessité du déploiement d’efforts pour atténuer la précarité de la situation des élèves des zones éloignées.
En outre, près d’une centaine d’écoles ont bénéficié d’une opération de dotation en gaz propane pour peu que cette dernière soit exécutée dans les délais impartis. D’autre part, l’anarchie qu’a connue la distribution du manuel scolaire au cours de cette rentrée scolaire a soulevé aussi l’ire des parents d’élèves d’ou la nécessité d’une réflexion pour une meilleure formule de distribution.
Le mouvement associatif et notamment les associations de parents d’élèves doivent être impliqués sur le terrain pour trouver des solutions aux problèmes avec les responsables de l’éducation.
Pour cela, il demeure nécessaire de renouveler les instances des associations et de la Fédération de wilaya des parents d’élèves.