Dans une rencontre, mercredi, avec les représentants locaux des médias, première du genre, le chef de l’exécutif de la wilaya d’Oum El Bouaghi a tenu à exprimer sa satisfaction pour les informations rapportées dans les quotidiens et autres organes de presse sur la wilaya d’Oum El Bouaghi.

Tout en mettant en exergue la complémentarité de la presse avec les responsables locaux quant à la prise en charge des préoccupations des citoyens (administrés), le premier responsable de la wilaya a insisté sur le rôle de service public qu’assure la presse tous secteurs confondus. Cela étant, le chef de l’exécutif a tenu à rassurer les journalistes et correspondants, qui déploraient la rétention de l’information au niveau de certaines directions et administrations. Pour cela, il a informé les gens de la corporation médiatique de s’adresser directement à la cellule de communication et s’il y a entrave, retard ou autre pour l’accès à l’information, il prendra les mesures nécessaires. Mettant en exergue la situation prévalant à l’Etablissement public hospitalier Ibn-Sina, le chef de l’exécutif, tout en déplorant les conditions d’évacuation et de prise en charge suite auxquelles est décédée une malade lourde, a fait part d’un dépôt de plainte contre X et la transmission d’un rapport détaillé sur la situation de cet établissement hospitalier nécessitant une commission d’enquête pour déterminer les responsabilités et prendre les mesures adéquates. L’occasion a été propice au wali d’Oum El Bouaghi de faire part aux gens de la presse de l’entreprise d’une opération pour débarrasser le chef-lieu de wilaya des gravats amassés depuis plus d’une quinzaine d’années dans des espaces à proximité des divers réseaux. Le nettoyage en question permettra, selon la même source, d’installer des équipements publics ou des investissements dans les terrains, avant de rappeler sa satisfaction pour l’absence de bidonvilles dans la wilaya contrairement à certaines grandes agglomérations du pays. S’agissant de l’investissement, le chef de l’exécutif rappela la nécessité de mettre les investisseurs potentiels devant leurs responsabilités, afin d’éloigner les gens qui font du business tout en déplorant le fait que lors d’une visite sur les lieux dans une zone industrielle il n’a comptabilisé la présence que de deux investisseurs seulement sur plus d’une cinquantaine.
Répondant au problème concernant la situation des locaux à usage professionnel, dont certains ont été squattés par des citoyens, soulevé par les journalistes, le chef de l’exécutif a fait part d’un délai d’un mois accordé au chef de daïra pour trouver des propositions ou solutions, sinon il procédera à leur affectation à d’autres fins. Tout en annonçant part que pas moins de cinq forêts récréatives accueilleront à travers la wilaya les citoyens en quête de distraction et de détente d’ici la saison estivale. Le wali regrette le fait que le chef-lieu de wilaya, contrairement à ceux des autres régions du pays ne dispose même pas d’un centre commercial.
S’agissant de la gestion des communes, le chef de l’exécutif a adressé une mise en demeure au président de l’Assemblée populaire communale (habitant au Khroub) quant à la nécessité de résider dans la ville qu’il chapeaute et la suspension du secrétaire général pour la même raison (résidant au chef-lieu de wilaya).