A l’instar de toutes les régions du pays, la wilaya d’Oum El Bouaghi a commémoré la Journée internationale des handicapés, proclamée par les Nations unies en 1992

, une occasion qui rappelle chaque fois la nécessité de favoriser l’intégration et l’accès à la vie économique, sociale et politique des personnes handicapées. Laquelle intégration est loin d’être concrétisée chez nous comme il se doit. De ce fait, la commémoration de cette journée mondiale demeure l’occasion de réaffirmer certains principes de base, trop souvent oubliés. « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.» L’exemple de Khiari Karim, un handicapé moteur, chef de l’agence Mobilis d’Oum El Bouaghi, est révélateur des capacités de cette catégorie de la population. Âgé de 49 ans, père de 3 enfants, Karim fut victime dans son jeune âge d’une poliomyélite pour laquelle le traitement médical l’a contraint à un séjour de 6 ans en France.

Se déplaçant actuellement avec des béquilles, Karim est autonome et gère l’agence et le personnel convenablement et sans difficultés. Grâce aux formations de management qu’il a suivies entre 2007 et 2012 en tant que responsable, il entretient des relations plus qu’amicales avec le personnel sous sa tutelle. D’autant plus qu’il a gravi les échelons petit à petit depuis 1988/89 où il fit son entrée dans les PTT.
D’agent d’administration en 1982, il passa à la comptabilité téléphonique d’Algérie Télécom en 2003 puis chef d’agence en 2004 de Mobilis à ce jour. A la question s’il se sent handicapé, Karim réplique directement : « Je ne me suis jamais senti comme handicapé. Au contraire, je conseille les handicapés à sortir de leur coquille et à persévérer pour décrocher un diplôme pouvant les aider à travailler dans un poste aménagé. » Quant à la prise en charge des handicapés, Karim est catégorique : « Elle doit être quotidienne et non occasionnelle avec la présence d’une assistance sociale pour leur prise en charge au domicile avec des moyens spécifiques. » n