La liste des bénéficiaires des 700 lots de terrains sociaux à Aïn Beïda (25 kilomètres à l’est d’Oum El Bouaghi), affichée le 3 décembre dernier, continue à faire l’objet de protestation de la part de citoyens se sentant lésés.

En effet, ces derniers ont déclenché aussitôt après l’affichage un mouvement de protestation pour exprimer le rejet catégorique de la liste en question, considérant qu’elle a été établie sur la base d’affinités familiales et de clientélisme et comportant des noms de jeunes d’à peine 20 ans, des proches des élus, des personnes très âgées.  Pour cela les protestataires ont bloqué les routes jusqu’à une heure tardive de la nuit, le siège de la commune et celui de la daïra. Une situation qui a contraint les pouvoirs publics à dépêcher des renforts de forces de l’ordre pour toute éventualité. La présence de ces derniers a permis d’atténuer la situation et la reprise de la circulation routière normalement. Néanmoins, la protestation a repris de plus belle en ce début de semaine par le blocage des quatre routes nationales donnant accès à la ville d’Aïn Beïda. Pis, la protesta a augmenté d’un cran puisque les protestataires ont déclenché un mouvement de grève de la faim sous une tente géante érigée ce dimanche matin à proximité de la daïra afin d’exprimer leur refus de la liste affichée. Des sources concordantes font état du rapprochement d’un député de la wilaya auprès des protestataires. Il a recueilli leurs revendications qu’il a transmises dans une lettre au chef de l’exécutif. Ce dernier a promis, selon les mêmes sources, d’appliquer la loi dans toute sa rigueur après étude des recours déposés par les citoyens concernés.  Pour rappel les 700 lots de terrain sociaux d’Aïn Beïda font partie du dispositif des Hauts-Plateaux qui concerne 13 communes seulement sur les 29 que compte la wilaya, alors qu’elle est considérée comme une région des Hauts-Plateaux. Pis la viabilisation des lots en question a accusé des retards, soulevant ainsi l’ire des citoyens qui avaient observé des mouvements de protestation avant l’affichage des listes. Enfin, la tente érigée fut levée l’après-midi après l’intervention des forces de sécurité, cependant, la grogne des protestataires est encore de mise.