Cela fait presque 10 ans et 74 sélections que Raïs M’Bolhi (33 ans) trône au poste de gardien de but de l’équipe nationale. Beaucoup de concurrents ont défilé, mais personne n’a réussi à le déloger. Mais, à 33 ans, il se retrouve face à un sérieux challenger, il s’agit d’Alexandre Oukidja. Auteur de bonnes performances cette saison avec le FC Metz, ce dernier reconnaît ouvertement viser la place de titulaire.

Jusque-là, il ne compte que 2 apparitions avec la tunique Algérie. Et c’était des amicales face à la Tunisie (1/0) et la RD Congo (1/1). La première jouée, le 26 mars 2019, dans son intégralité et une mi-temps face à la RD Congo (1/1) le 10 octobre écoulé. C’était tout pour celui qui a, néanmoins, compilé une quinzaine de stages avec «El-Khadra».
Sa présence constante lors des regroupements lui a donné confiance et a facilité son intégration. «Maintenant que j’ai quelques rassemblements derrière moi on se parle normalement», rappelle le dernier rempart qui assure travailler dur avec le FC Metz «pour être performant afin d’espérer faire quelques matches en sélection. Mais il y a de la concurrence.»

«Oui, c’est une ambition»
Mieux encore, interrogé sur l’éventualité de devenir keeper principal de l’équipe nationale, il ne s’est pas fait petit en reconnaissant que «le poste de numéro 1 ? Oui c’est une ambition» non sans noter avoir «un grand respect pour mes concurrents qui sont devant moi. Je les ai beaucoup regardés au début. Maintenant que j’ai quelques rassemblements derrière moi on se parle normalement.» Le signal est fort. Comme son rendement avec les Messins. Oukidja gravit les échelons et cela lui donne beaucoup de confiance. Assez pour ambitionner bousculer la hiérarchie en sélection. Sa sortie médiatique faire au médias français «Actu Foot» a une certaine légitimité. Bien qu’il n’ait pas joué la moindre minute lors de la CAN-2019, il ne se décourage pas. Djamel Belmadi, chef de la barre technique de l’EN, ne fait jamais de cadeaux. Il ne l’avait même pas fait jouer lors de la 3e journée du 1er tour face à la Tanzanie (3/0) alors qu’il avait aligné une équipe largement remaniée.

Le facteur âge
N’empêche, le statut de champion d’Afrique a donné au gardien une certaine aura. Et ça se voit dans son rendement. Les chiffres sont là pour le confirmer. On parle d’un portier qui a gardé sa cage propre à 8 reprises en 28 journées de Ligue 1 Conforama. Aussi il a réalisé 153 arrêts et 93 sauvetages. Personne en championnat de France n’est meilleur que lui dans ce registre. Et quand on joue dans l’un des cinq grands championnats européens, on devient un candidat crédible pour le poste en équipe nationale. Oukidja veut désormais sortir de l’ombre et connaître son heure de gloire avec le Club Algérie. On ne sait pas si Belmadi lui donnera sa chance pour montrer ce qu’il peut faire. En tout cas, à presque 32 ans, il y a comme une urgence pour l’ancien sociétaire du RC Strasbourg. On ne peut pas dire que M’Bolhi soit sur le déclin mais Oukidja est clairement sur une courbe très ascendante. Assez pour convaincre son sélectionneur ? Cela reste à voir.