Une sentence de prison à perpétuité a été prononcée lundi par contumace par le tribunal criminel de Ouargla à l’encontre des nommés A.B et B.L. Les mis en cause sont poursuivis pour «importation et détention de drogue à des fins de commercialisation illégale» et «acheminement de drogue dans le cadre d’une bande criminelle organisée présentant une menace pour la sécurité et l’économie nationales et pour la santé publique».

Dans la même affaire, les dénommés Z.S, Bo.B et Be.B, ont été condamnés en audience à 20 ans de prison ferme chacun pour les chefs d’inculpation de «détention, transport, vente et acheminement de drogue par transit, dans le cadre d’une bande criminelle organisée présentant une menace pour la sécurité et l’économie nationales et pour la santé publique». L’affaire remonte au mois de mars 2019 lorsque la fouille d’un véhicule se dirigeant à Tamanrasset en provenance de Bordj Badji Mokhtar et à bord duquel se trouvaient Z.S et Bo.B, a permis aux services sécuritaires de découvrir 57,160 kilogrammes de kif traité soigneusement dissimulés. Les investigations de la police judiciaire ont démontré que la drogue en question était acheminée de la région de Bordj Badji Mokhtar par le dénommé A.B et son acolyte B.L, et que Z.S devait la remettre à Be.B. Ce dernier, sur lequel a été découvert du matériel destiné à l’emballage de la drogue, était chargé de se rendre dans un pays voisin pour y acheminer la marchandise prohibée. Le représentant du ministère public a requis dans cette affaire, et au regard de la gravité des faits reprochés, la peine à perpétuité pour l’ensemble des mis en cause qui, a-t-il estimé, «se sont partagés les rôles».
5 ans de prison ferme pour apologie
du terrorisme
Une peine de cinq (5) ans de prison ferme assortie d’une amende de 100.000 DA a été prononcée dimanche par le tribunal criminel de Ouargla à l’encontre du nommé L.A (31 ans) pour «apologie d’actions terroristes» et «propagation d’idées d’organisations terroristes» en exploitant les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Dans la même affaire, le tribunal a acquitté le nommé S.M (26 ans). Selon l’arrêt de renvoi, l’affaire remonte à l’année dernière, lorsque les services de la gendarmerie nationale de la wilaya d’El-Oued ont identifié sur les réseaux sociaux le dénommé L.M qui a ouvert un compte Facebook pour rediffuser des idées et autres photographies et vidéos d’organisations terroristes sur leurs actions. Les investigations menées ont révélé l’intention du mis en cause de rejoindre un groupe terroriste, tout comme il avait durant plusieurs années des contacts avec des individus ayant les mêmes tendances, parmi lesquels S.M, dont la perquisition du domicile familial à Guemmar (El-Oued) s’est soldée par la découverte de trois téléphones mobiles et une paire de jumelles. Le ministère public avait requis, eu égard à la gravité des charges, une peine de 10 ans de réclusion, assortie d’une amende de 500.000 DA, à l’encontre de chacun des mis en cause. n