Plus de 36 000 arrêts de travail médicaux ont été déposés l’année dernière au niveau de la Caisse nationale des assurances sociales (Cnas) de Ouargla, a-t-on appris lundi des responsables de cet organisme.
De ce nombre, seuls  14 000 assurés ont subi le contrôle médical, le reste, n’ayant pas répondu au contrôle, constitue, de ce fait, des congés « de complaisance » ayant porté un grand préjudice à la Caisse, a expliqué le médecin-contrôleur principal à la Cnas, Abdelhamid Bouali, en marge des Portes ouvertes sur le congé de maladie.
Le secteur des hydrocarbures se place en tête des secteurs relevant le plus grand nombre d’arrêts de travail de complaisance, nécessitant, pour cela, un contrôle médical systématique des assurés malades dans leur lieu de résidence pour ceux habitant d’autres wilayas, a précisé ce responsable.
Le phénomène des congés de maladie de complaisance est une violation des engagements vis-à-vis de la caisse de Sécurité sociale et constitue une déperdition de ses ressources financières, menaçant sa stabilité et causant des pertes aux employeurs, a-t-il ajouté.
Pour M. Bouali, la lutte contre ces comportements frauduleux est l’une des préoccupations de la Caisse qui vient de mettre en place des mesures liées au contrôle, a priori et postériori, pour prétendre au remboursement des indemnisations, conformément aux textes réglementaires en vigueur.
Mises sur pied au niveau des agences de la Cnas, ces Portes ouvertes (23-26 janvier) sont une occasion de sensibiliser les assurés sur les préjudices portés à la Cnas et sur les pratiques néfastes et leurs répercussions sur les ressources de la Caisse. Cette manifestation s’insère au titre de la stratégie de la Cnas visant la préservation de son équilibre financier, la rationalisation des dépenses sans porter atteinte aux droits des assurés, notamment la lutte contre la fraude, a conclu le médecin contrôleur.