Le couple d’oiseau asiatique a été observé, cette semaine, à deux reprises au niveau d’une palmeraie dans la circonscription de Touggourt. C’est une première au niveau national, affirme l’ornithologue Mme Abanou Nedja.
Ce type d’oiseau, qui est un petit passereau appartenant à la famille des emberizidae, vient se joindre à des centaines d’espèces qui peuplent les airs et les champs de la région de Oued Righ et Ouargla. Il a déjà été observé au XIXe siècle par une équipe d’ornithologues étrangers dans la même région,mais, faute d’appui, l’observation a été mentionnée de « douteuse ». C’est donc la première observation « confirmée » et avec photos du bruant nain, découvert par Mme Abanou, membre du réseau national d’observateurs ornithologues algériens et chef de la circonscription des forêts dans la région de Oued Righ. « Ceci constitue la première observation prise en photo, dans le pays, de ce type d’oiseau », a-t-elle précisé. L’oiseau a été repéré officiellement à deux reprises et photographié en attendant qu’il soit inventorié.
Cette espèce migratrice aurait dû emprunter le grand couloir de migration Asie-Afrique, suppose Mme Abanou. Egalement conservatrice principale des forêts, et dans un entretien avec Reporters, cette ornithologue a exprimé son immense joie pour cette belle découverte d’une nouvelle espèce d’oiseau migrateur qui vient enrichir notre patrimoine ornithologique qui s’élève, selon elle, à plus de 420 espèces, déjà inventoriées au niveau national. Le couple de bruants nains a été vu une première fois le 2 novembre vers 15H30, lors d’une tournée quotidienne sur terrain au niveau d’une palmeraie, dans la zone agricole d’El-Anat (sud-est algérien 33°15’69’’N/5°77’76’’E’) dans la circonscription de Touggourt, à 180 km du chef-lieu de wilaya d’Ouargla, révèle notre interlocutrice.
Cet oiseau, au plumage nuptial avec des rayures très nettes sur la tête, niche dans le nord de l’écozone paléarctique et dans la Mandchourie, un vaste territoire au Nord-Est de l’Asie. Il hiverne dans le Nord-Est du sous-continent indien, le Nord de l’Indochine, le Sud de la Chine et à Taïwan, a expliqué Mme Abanou.
Selon les données collectées, cet oiseau se reproduit dans la taïga du Nord-Est de l’Europe et du Nord de l’Asie et hiverne dans le Nord de l’Inde et le Sud de la Chine ainsi que dans la partie nord de l’Asie du Sud-Est. Le bruant nain est largement répandu dans ses aires de reproduction en été et sa population semble stable et non menacée pour le moment. Cet oiseau migrateur n’a jamais été signalé en Tunisie, mais sa présence a été confirmée à deux reprises au Maroc.
Un oiseau a été capturé et bagué au niveau du parc Souss-Massa en octobre 2013 (Ramirez et al, 2013), et un autre photographié à Tiznit en février 2016 (Praus, 2016). En plus de ces deux observations confirmées, trois enregistrements ont été compilés par Thévenot et al, 2013 mais deux d’entre eux ont été rejetés par le MRBC, ajoute l’ornithologue.n