Dans le cadre de la célébration du Mois du patrimoine, l’association El Ksar de Ouargla a organisé, les 27 et 28 avril, le premier colloque national du conte tinfousine, dédié au conte populaire tinfousine en tamazight,

plus précisément en tagargrent, variante locale, en partenariat avec les autorités locales et le Haut-commissariat à l’amazighité, dont le secrétaire général, Si El Hachemi Assad, a fait le déplacement à cette occasion.
Le principal objectif de cette manifestation, selon les organisateurs, est d’alerter sur la menace de disparition de ce patrimoine immatériel unique que représente le conte local tinfousine. L’association El Ksar tire la sonnette d’alarme pour une réelle prise en charge de ce legs inestimable dont jouit la région. A cette occasion, les membres de l’association mais aussi des habitants ont exprimé leur souhait qu’un programme d’urgence voie le jour pour la prise en charge du patrimoine local. Interrogé à ce sujet et sur l’éventuelle contribution du HCA à la prise en charge et la valorisation du legs culturel local, Si El Hachemi Assad s’est dit favorable et disponible, pour peu que « l’initiative vienne du mouvement associatif et des citoyens ». Il a affirmé à ce sujet que «prendre conscience de l’importance du patrimoine est une bonne chose, mais ce n’est que la moitié du chemin. Beaucoup de travail reste à faire, nous nous battons sur plusieurs fronts. Il faut aller vers l’efficacité, et le mouvement associatif peut y contribuer énormément». Dans le cadre de ce Premier colloque, deux jours durant d’intenses activités ont eu lieu à la Maison de la culture Moufdi-Zakaria de Ouargla, avec au programme, notamment, une exposition-vente d’ouvrages consacrés à tamazight et à sa variante locale, tagargrent, où de jeunes auteurs, à l’exemple de l’universitaire Khaled Fertouni, ont profité de l’occasion pour partager avec le public leurs nouvelles publications, à l’instar du lexique Tagargrent paru aux éditions Anzar. De même, il a été organisé une exposition de tenues locales (mhelfa), ainsi que des conférences-débats autour du conte populaire tinfousine qui s’est taillé la part du lion de la manifestation. C’est dans cet esprit que, lors de ce colloque, animé par des spécialistes du domaine, le président de l’association El Ksar, Hacene Boughaba, a tenu à rappeler aux présents l’importance du conte pour nos enfants et surtout pour les locuteurs en tamazight. Pour sa part, le professeur Sabri Soltane a abordé les origines des contes, tandis que Boudjemaâ Aziri, directeur de l’enseignement et chercheur au HCA, s’est intéressé aux structures et valeurs psychosociales du conte. La clôture de cette manifestation a été marquée par un défilé de tenues traditionnelles, qui s’ébranla du vieux Ksar, jusqu’au centre-ville, avec au programme, notamment, une présentation des rituels et pratiques ancestrales, à l’instar du cortège traditionnel du mariage et la sortie de la mariée, Thaslith, dans la tradition zénète, pour le grand plaisir des invités et de la population.