napec

Les travaux se poursuivent pour rattraper le retard de plusieurs années dans la réalisation du projet de la ligne ferroviaire Touggourt/Hassi Messaoud, a-t-on appris auprès de la Direction du transport de la wilaya de Ouargla. Les travaux de réalisation de la ligne ferroviaire Touggourt-Hassi Messaoud sont en bonne voie, affirme le chargé du projet, dans un entretien téléphonique avec Reporters. L’avancement physique de la réalisation a atteint, selon lui, 64%. Lancé en 2013, le projet de la voie ferrée Touggourt-Hassi Messaoud (Nouvelle ville) a connu un retard flagrant. Des contraintes majeures ont retardé l’avancement des travaux, dont des problèmes d’ensablement, de conduites de gaz et pipes et du réseau Sonelgaz, explique ce responsable. Le coût de l’opération, qui comprend l’étude, la réalisation et l’équipement, est estimé à 70 milliards de DA, selon les responsables du secteur à Ouargla. Cette ligne ferroviaire, s’étalant sur 150 kilomètres, dont 35 km en double voie, prévoit trois gares, Touggourt, nouvelle ville de Hassi Messaoud et le pôle pétrolier de Hassi Messaoud, 11 ouvrages (ponts-rails), des dalots et des passages souterrains destinés aux cheptels, notamment aux dromadaires, et des structures de protection des pipelines, selon la fiche technique du projet. L’un des mégaprojets retenus par le gouvernement pour le Sud du pays, il revêt une grande importance dans l’impulsion de la dynamique socioéconomique et industrielle dans la région, dans la création de nouveaux emplois et l’atténuation de la pression sur le réseau routier, presque saturé. Le projet de la voie ferrée Touggourt-Hassi Messaoud fait partie d’un projet « Boucle ferroviaire Sud-Est ». Il est programmé dans le cadre du schéma directeur national des infrastructures ferroviaires. La boucle « Sud-Est » d’un linéaire global de 560 kilomètres englobe 4 lignes principales desservant les wilayas de Laghouat, Ghardaïa, Ouargla et El-Oued, et entre dans le cadre du développement et l’extension du réseau ferré national (RFN) dont l’objectif est le développement de l’infrastructure de base de la région du Sud du pays et répondant à la stratégie arrêtée par le schéma national d’aménagement du territoire (SNAT). Concernant les lignes Ghardaïa-Ouargla (180 km), Ouargla-Hassi Messaoud (90 km) et Touggourt-El-Oued (105 km), elles sont à l’étude, notamment dans la phase de collecte des données et les levées topographiques, a affirmé le directeur de transport à Ouargla, Djeddi Toufik, dans un entretien avec Reporters, dimanche dernier. Concernant les autres lignes déjà en exploitation, la nouvelle ligne reliant la circonscription de Touggourt à la capitale Alger, mis en service le 13 octobre 2019, connaît des afflux importants. Elle attire en moyenne 90 passagers par voyage, trois fois par semaine, pouvant atteindre certains jours, 130 passagers-voyage, soit une moyenne supérieure à 50% de la capacité maximale du train, estimée à 254 sièges dont 60 en première classe. C’est une ligne donc très rentable, a précisé le directeur du transport. Tandis que la ligne reliant Touggourt à Constantine, elle est momentanément suspendue pour des raisons de maintenance, affirme ce responsable. Le train Coradia-express, mis en service en septembre 2019, à raison de trois voyages par semaine (aller/retour), fait l’objet d’entretien et de maintenance après un accident qui a eu lieu en décembre dernier. Il est à l’arrêt depuis. Il rentrera en service une fois les travaux d’entretien achevés, a rassuré M. Djeddi. Selon ce même responsable, la nouvelle gare routière, prévue dans la circonscription de Touggourt entrera en exploitation après l’achèvement des procédures administratives liées à sa gestion. La concession pour la gérance de cette structure a été attribuée à la Société (publique) de gestion des gares routières (Sogral). Cette dernière a déjà à son actif la gestion de 17 gares du genre à l’échelle nationale. n