Une peine de cinq années de prison ferme assortie d’une amende d’un million de dinars a été prononcée dimanche par le tribunal criminel près la Cour de Ouargla à l’encontre d’un individu répondant aux initiales de D.D. (38 ans), de nationalité malienne, pour traite d’êtres humains.

Sept autres individus (âgés de 23 à 59 ans) comparaissant dans la même affaire ont été acquittés.
Selon l’arrêt de renvoi, l’affaire remonte au mois d’avril 2017 sur la base d’informations parvenues aux services de la Gendarmerie nationale d’Adrar faisant état de l’acheminement de jeunes filles mineures (11 à 16 ans) du Mali et leur introduction de façon illicite dans le territoire national pour les faire travailler comme domestiques à Adrar, moyennant des sommes de 10 000 à 15 000 DA/ mois chacune.
Les investigations de la gendarmerie ont permis d’identifier les individus employant ces jeunes mineures dans leurs domiciles et d’identifier l’auteur principal de l’opération (D.D) qui récupérait via une intermédiaire les rétributions accordées à ces jeunes filles pour leur travail quotidien,
qu’il promettait de transférer à leurs familles, mais qu’il gardait en fait pour lui.   
La représentante du ministère public a requis dans cette affaire une peine de 15 années de prison ferme assortie d’une amende de deux millions DA à l’encontre du principal mis en cause (D.D), et d’une peine de 3 ans de prison avec une amende 300 000 DA pour les autres individus impliqués dans cette affaire.