Entre le vent cuisant qui souffle fort, la poussière et la chaleur infernale qui frappent la région depuis quelques jours, les candidats au Bac entameront les épreuves dans un climat d’enfer. La première canicule de l’été s’abat déjà sur la wilaya et la région et ce depuis une semaine avec des températures records flirtant avec les 47 degrés à l’ombre. Ce samedi, le mercure ne devrait pas baisser pour les quelque 18 478 candidats qui se mesureront aux épreuves dans les 67 centres ouverts pour ce grand rendez-vous de fin d’année scolaire. Deux d’entre eux le seront spécialement pour les 8 211 candidats libres. Outre les conditions socioprofessionnelles du personnel enseignant dans les régions du Sud, rappelées de manière dramatique par l’agression et les violences subies par les enseignantes de Bordj Badji-Mokhtar, aux confins de la wilaya d’Adrar, c’est le calendrier des examens qui fait débat à Ouargla. Comme chaque année, les élèves et leurs parents et le personnel local de l’Education nationale s’inquiètent des conditions météorologiques exceptionnelles et de leur impact sur des candidats dont beaucoup, pour ne pas dire la plupart, passent les examens dans des salles non climatisées après la débrouille du transport pour les résidents des communes. «En cette période de grandes chaleurs, les rues sont vides, le transport est absent et le risque d’attraper des coups de soleil est fort, je me demande comment les responsables ne prennent pas ces conditions extrêmes en considération. Il faudrait peut-être qu’ils viennent vivre ce que vivent les élèves pour qu’ils se rendent compte de la souffrance que nos enfants subissent, nous dit Faïza, ingénieur en génie civil et mère d’une élève qui passe son bac cette année.
Lors des examens du BEM, la semaine dernière, beaucoup de collégiens se sont plaints d’étouffement en l’absence de climatisation dans les salles. Au CEM Sid-Rouhou au chef-lieu de wilaya, des élèves sont sortis des salles en sueur, les vêtements trempés par la transpiration. «Le climatiseur de notre salle ne fonctionnait pas, l’air était irrespirable», a témoigné une élève dont le parent a dit rêver d’un calendrier d’examens «adapté aux scolaires du Sahara». En attendant, l’Education nationale continue de penser qu’il n’y a pas de raison de changer le calendrier national et d’aménager un «timing» spécifique aux wilayas du Sud. Motif de soulagement, cependant, le nouvel horaire de travail dans ces régions entrera en vigueur aujourd’hui dimanche. Les heures d’activité sont de 06H30 à 13H30 pour la période du 21 juin au 31 août.