Plusieurs manifestations des demandeurs d’emploi ont marqué, hier, la wilaya d’Ouargla dans le chef-lieu de wilaya et la commune de Hassi Messaoud réclamant une enquête dans les procédures de recrutement qu’ils qualifient de «malhonnêtes» et de «discriminatoires», ainsi que le recrutement direct des jeunes de la région dans les sociétés implantées sur le territoire de la wilaya.

De Ouargla, Ghellab Chahinez
Entre tentative de suicide collective et saisie des semi-citernes de carburant, de nouvelles formes de contestation, les sans-emplois reprennent leur mouvement de protestation. Hier matin, plusieurs marches et rassemblements ont été observés au même moment dans la ville d’Ouargla.
C’est au niveau de l’ancien souk Sebt, en plein centre-ville de Ouargla, que le mouvement était le plus puissant.
Les chômeurs se sont rassemblés très tôt le matin devant la station services Moulay et ont procédé à la fermeture de l’accès à la station en bloquant, d’un côté, le chemin qui mène vers Boughoufala et Soukra, en disposant un semi-citerne en plein milieu de la route, et de l’autre, côté, ils ont mis le feu à des pneus bloquant également l’accès à la RN49.
Vers 07H30, un important dispositif de la Protection civile a été mis en place avec deux véhicules anti-incendies, deux ambulances et une vingtaine d’éléments sauveteurs. Avec la température très élevée, le vent et la fumée résultant des pneus, une catastrophe a été évitée de justesse. Un peu plus loin, les jeunes habitants du vieux Ksar d’Ouargla (la Casbah) ont organisé à leur tour une grande marche allant de la cité Bahmid vers le siège de la wilaya.
Au même moment, un autre groupe de chômeurs organise un sit-in
dans le cadre des rassemblements hebdomadaires observés depuis bientôt trois ans consécutifs, près du siège de la Sûreté, à l’entrée Est d’Ouargla sur la RN49. Des banderoles géantes ont été brandies et sur lesquelles on peut lire des messages appelant à juger les responsables du secteur de l’emploi.
Quels que soient le lieu où la forme de protestation, les revendications demeurent les mêmes pour tous les demandeurs de l’emploi : L’ouverture d’une enquête et la punition de tous les mafieux qui sont derrière la crise de l’emploi dans la wilaya,
A rappeler que cette crise s’est déclenchée le 6 juillet dernier après la publication des offres d’emploi provenant des sociétés pétrolières, filiales de Sonatrach, qui ont engendré une vague de colère sans précédent chez les demandeurs d’emploi. Cette crise perdure en dépit des annonces de Sonatrach et les rencontres avec des représentants de chômeurs, de la société civile et ayaane de la wilaya d’Ouargla dans le but d’apaiser les tentions.
« On en a marre des promesses. Nous voulons voir du concret et des réalisations », nous lance un jeune manifestant, qui affirme que les protestations vont se poursuivre jour et nuit et quelles que soient les méthodes et ce jusqu’à satisfaction de toutes leurs revendications. n