Le scénario des files d’attente interminables devant les bureaux de Poste et les bousculades des citoyens se poursuit. C’est le cas à Ouragla où le spectacle observé ces trois derniers jours au niveau de la Poste principale d’El Khafdji et des bureaux de Hassi Messaoud renvoie une image désolante. Preuve en est, ces images qui ont fait le tour des réseaux sociaux où l’on peut voir des personnes qui se bousculent pour pénétrer dans le bureau de la Poste.
Face à ces images de bousculades, le Directeur régional d’Algérie Poste a tenté de rassurer la population en annonçant que «la crise de liquidités sera résolue les mois prochains». Des déclarations largement commentées sur la toile et qui n’ont pas convaincues. Cependant, cette situation ne semble pas concerner uniquement les bureaux d’Algérie Poste puisque des files d’attente et les bousculades ont été également enregistrés devant les distributeurs de billets de plusieurs banques. La semaine dernière, certains bureaux ont même renvoyé des personnes sous prétexte d’indisponibilité de liquidité. Ce manque de sous aux guichets postiers demeure et personne n’a pu déceler les causes.
Pour rappel, au début de la crise, des plafonds de retrait ont été imposés par chaque bureau selon la disponibilité de liquidités.
La majorité des personnes, notamment les retraités, sont obligés souvent de se lever tôt pour réserver une place en tête de file d’attente afin de pouvoir effectuer leur retrait. Ce qui complique davantage la situation est que beaucoup de distributeurs automatiques de billets (DAB) sont soit vides soit à l’arrêt pour on ne sait quelle raison.