Tout déplacement en taxi ou transport en commun de et vers Ouargla sont désormais interdits par une instruction du wali d’Ouargla. La décision est entrée en vigueur dimanche 15 novembre jusqu’à la levée totale du confinement.
Cette décision préventive est prise par le wali d’Ouargla, Aboubakr Essedik Boussetta, suite à la récente recrudescence des cas de Covid-19 enregistrée par la wilaya ces derniers jours, à l’instar d’autres wilayas, dans le but de limiter le nombre des contaminés et de contenir la propagation de l’épidémie du coronavirus lors de cette deuxième vague, qui semble plus virulente que la première et avec une circulation du virus plus forte. Tout transport de personnes de et vers les gares routières est également interdit. Les contrevenants seront, selon l’article 3, soumis à des sanctions administratives et à des poursuites pénales. Seuls les voyageurs dans le secteur privé sont exclus, précise l’article 5. Tout véhicule ayant enfreint les dispositions de la présente décision sera immédiatement placé en fourrière pendant une période de huit jours. Un mois en cas d’une deuxième infraction et 3 mois si l’infraction se répète, selon l’article 5 de cette instruction
Ouargla, qui a été classée lors de la première vague de la Covid-19 parmi les régions les plus touchées, tente cette fois de minimiser les cas et contenir l’épidémie. Tous les moyens sont mis en place pour faire face à cette nouvelle vague de contagion. Une campagne de stérilisation massive des espaces et établissements publics a eu lieu la semaine dernière. Au niveau de l’hôpital d’Ouargla, un nouvel appareil de scanner est mis en service pour renforcer les moyens de dépistage du Covid-19. Selon une source hospitalière, une dizaine de personnes ont été diagnostiquées positives ces dernières 24 heures. Six sont hospitalisées au niveau de l’EPH Mohamed-Boudiaf avec l’enregistrement d’un décès durant la même période. n