Du jamais vu. Des centaines de camions, semi-remorques transportant du carburant, des engins, des pipelines, des marchandises, fruits et légumes et des bus transportant des passagers sont stationnés sur plusieurs kilomètres au niveau de la RN3.
Depuis lundi matin, les habitants des communes de Djamaâ, Sidi Khellil et de M’ghaer bloquent la RN3 dans les deux sens et réclamant le lancement immédiat des travaux de dédoublement de cette route qui, selon eux, a fait beaucoup de victimes et ne cesse d’endeuiller des familles.
Las des pourparlers et des promesses, les habitants exigent cette fois une descente de haut niveau des responsables et menacent d’escalade. A rappeler que le souci a été exposé au ministre des Travaux publics et des Transports, en 2016, mais il a été mis en attente depuis. Le ministre avait déclaré que cette réalisation dépendait de la situation financière du pays.
Ce n’est qu’en octobre 2017, lors de sa visite, que le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, s’est enquis de la situation de la RN3 et la proposition de dédoublement de ses voies sur une distance globale de 127 km. Depuis, le projet est à la traine et n’a toujours pas vu le jour.
Face à cette situation et devant la hausse alarmante des accidents de la circulation sur cette voie, notamment sur le tronçon reliant Djamaâ et Still (90 km), les habitants de Djamaâ, El M’ghair et Still ont procédé, à travers plusieurs grands barrages, à la fermeture de la Route nationale 3 dans les deux sens et ce depuis lundi à 10h. La route a été fermée d’abord à la sortie de Djamaâ et rouverte lundi soir, mais la RN3 est restée inaccessible depuis la commune de Sidi Khellil jusqu’à celle de Still.
Tous les véhicules provenant de l’est à destination de Ouargla, Hassi Messaoud et Ghardaïa, ont été détournés vers la route menant à El Oued à partir de l’entrée de Still. Les camions et véhicules sortis lundi matin sont toujours en arrêt de Sidi Kh’lil jusqu’à Still.
Cette escalade est survenue au lendemain de l’enterrement de quatre personnes, âgées de 30 à 40 ans, qui ont péri dimanche soir dans un accident de la circulation suite à une violente collision entre un véhicule utilitaire de marque Nissan et un bus de transport de passagers assurant la ligne Sétif/Ouargla, au niveau de la RN3, tronçon reliant la commune de Tendla et Sidi Khellil à 120 km du chef-lieu de wilaya. En moins de 24 heures, 10 morts dans plusieurs accidents sont enregistrés sur cette voie, connue dans la région comme « la route de la mort ».
Afin de se faire entendre, les habitants des trois communes et à travers trois barrages, ont coupé l’artère principale reliant le nord-est au sud-est et ce pour une durée indéterminée. A noter que les habitants des communes ont assuré l’eau, et l’alimentation aux chauffeurs et aux passagers des bus et camions bloqués. Affaire à suivre.n