Classé en 2017 et 2018 parmi les endroits les plus chauds du monde, Ouargla continue d’enregistrer des températures les plus élevées. La station météorologique de Ouargla a enregistré, samedi, un pic de 50°C à l’ombre ente 14H et 15H. A 10H du matin, la station locale a enregistré 41 degrés Celsius, a révélé Mokhtar Khanfar, ingénieur météorologue à la station météorologique locale. Les températures vont remonter progressivement pour atteindre un pic l’après-midi, a-t-il expliqué.

Une légère baisse est attendue à partir de dimanche. Des bulletins journaliers et réguliers sont émis à la wilaya de Ouargla et à la Protection civile. Dans le cas de conditions exceptionnelles, un rapport est émis à la station centrale d’Alger. Selon ce spécialiste, le seuil de température caniculaire diffère selon les régions. A Ouargla, on parle de canicule quand la température atteint les 48 degrés, mais, la seule autorité habilitée à déclencher le plan canicule est le wali. Notre rôle est de faire des prévisions et d’informer les autorités et les institutions concernées, a précisé ce dernier. Malgré les températures qui ont atteint des records exceptionnels en termes d’intensité, dépassant les 50°C à l’ombre, les 63° dans les zones basses et nues, accompagnés d’alertes météo depuis le début du mois de juillet, à l’exception de quelques conseils classiques donnés à travers les ondes de la radio, aucun plan canicule n’a jamais été déclenché et aucune zone n’a été déclarée sinistrée malgré la chaleur infernale qui envahit la région et le Grand-Sud depuis la fin du mois de juin. Plusieurs morts ont été enregistrés à travers le Sud mais les officiels évitent de se prononcer.
Situation exceptionnelle ?
Selon l’ingénieur météorologue, dans un entretien téléphonique, la situation est normale. La région connaît des phases caniculaires extrêmes entre la fin juin et début juillet. 50 °C ont été enregistrés l’an dernier, dit-il. Selon ce spécialiste, et contrairement aux idées reçues, la température maximale de la journée n’est pas atteinte à midi solaire, mais plutôt entre 14h et 15h. Le ressenti de la température dépend également de l’humidité de l’air et du rayonnement solaire, avait-il expliqué. Loin des données des stations, des offices météorologiques et des bulletins météo télévisés, qui ont perdu beaucoup de crédibilité, pour la population locale, les bulletins ne révèlent « jamais » les vraies températures surtout celles qui concernent les régions du Sud. Les habitants prélèvent eux-mêmes les températures à l’aide d’instruments de mesure de la température. 63°C a été enregistré à proximité de certains chantiers de forage et à Hassi Messaoud-ville. Des températures dépassent largement les 60 °C dans ces lieux et, pourtant, on n’en a jamais parlé malgré les risques accrus pour la santé. n