Le sommet de l’Alliance atlantique qui se tient à Madrid confirme l’otanisation de l’Europe, un continent sur la voie d’une dépendance plus importante vis-à-vis de la puissance militaire américaine depuis le début de la guerre en Ukraine, et se positionnant comme un front contre la «menace» russe. Moscou, qui a réagi à l’évènement, pointe du doigt l’«agressivité» de l’Alliance.

Le Pentagone a indiqué dépenser 3,8 milliards de dollars au titre de l’«Initiative de dissuasion en Europe «pour l’année budgétaire 2022, et avoir une prévision de 4,2 milliards de dollars pour l’exercice 2023. Obstacle depuis la mi-mai à l’entrée de la Suède et de la Finlande dans l’Otan, la Turquie a fini par lever son veto mardi 28 janvier dans la soirée. «Je suis ravi d’annoncer que nous avons un accord qui ouvre la voie à l’entrée de la Finlande et de la Suède dans l’Otan», a déclaré ç ce sujet le secrétaire général de l’Alliance atlantique Jens Stoltenberg. Le feu vert turc à leur entrée dans l’Otan donne un «élan puissant» à l’unité occidentale, a déclaré un haut responsable de la Maison blanche. Pour le Premier ministre britannique Boris Johnson, «l’adhésion de la Suède et de la Finlande va rendre notre brillante alliance plus forte et plus sûre». Pour les observateurs, c’est l’Amérique qui muscle sa présence militaire en Europe. Une observation confirmée hier par les déclarations du chef de la Maison Blanche. Les Etats-Unis vont «renforcer leur positionnement militaire en Europe» afin que l’Otan puisse «répondre à des menaces venant de toutes les directions», a dit à Madrid le président américain Joe Biden. Lors du premier jour du sommet de l’Alliance militaire «qui marque l’Histoire», selon lui, il a annoncé une présence renforcée de militaires et de capacités américaines en Espagne, en Pologne, en Roumanie, dans les Etats baltes, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Italie. «Nous sommes au rendez-vous» et «nous prouvons que l’Otan est plus nécessaire que jamais», a encore déclaré le président américain, aux côtés du secrétaire général de l’organisation. Joe Biden a rappelé que les Etats-Unis avaient déjà déployé cette année «20.000militaires supplémentaires en Europe pour renforcer» leurs «lignes en réponse aux initiatives agressives de la Russie», ce qui porte déjà à plus de 100.000 le nombre d’Américains stationnés sur le continent. Dans le détail, Joe Biden a annoncé que les Etats-Unis porteraient de 4 à 6 le nombre de leurs destroyers sur la base navale de Rota en Espagne. La première puissance mondiale établira par ailleurs en Pologne «un quartier général permanent du 5ème corps d’armée américain». Il s’agira, a précisé le Pentagone, de la première présence américaine permanente sur le «flanc oriental» de l’Otan. «Nous allons maintenir une brigade supplémentaire» composée au total de5.000 personnes, qui sera basée en Roumanie, a-t-il également déclaré.

Moscou : le sommet de Madrid confirme l’«agressivité» de l’Otan

Le président américain a également annoncé des «déploiements supplémentaires dans les Etats baltes», le Pentagone précisant que cela concernerait aussi bien l’artillerie, l’aviation, la défense anti-aérienne que la présence de troupes d’élite. Aux portes de la Russie, les Etats-Unis promettent aussi «d’intensifier les exercices avec nos alliés» baltes, selon un communiqué du Pentagone. Lors d’une courte allocution, Joe Biden a encore indiqué que Washington allait «envoyer deux escadrilles supplémentaires» d’avions de combat F-35 au Royaume-Uni, sur la base de Lakenheath dans l’ouest du pays, et «positionner des capacités supplémentaires de défense aérienne» en Allemagne et en Italie. Le président russe Vladimir Poutine «voulait une +finlandisation+ del’Europe», c’est-à-dire une évolution des pays membres de l’Alliance vers la position de neutralité qui a été historiquement celle du pays nordique, mais il obtient au contraire une +Otanisation+ de l’Europe», s’est félicité Joe Biden. Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a dit mercredi considérer la Russie comme «une menace directe» pour la sécurité de la coalition militaire occidentale. Le sommet de l’Otan à Madrid démontre l’agressivité de l’Alliance à l’égard de la Russie, a estimé mercredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, qualifiant en outre l’élargissement à la Finlande et à la Suède de «profondément déstabilisateur». «Le sommet de Madrid consolide le cap d’un endiguement agressif de la Russie par le bloc» atlantique, a dit aux agences russes le vice-ministre Sergueï Riabkov. «Nous considérons l’élargissement de l’alliance comme étant profondément déstabilisateur pour les affaires internationales.
Cela ne renforce ni la sécurité de ceux qui élargissent, ni celle de ceux qui adhèrent, ni celle encore de ceux qui considèrent l’alliance comme une menace», a estimé M. Riabkov. (Source AFP et agences)