Après une première édition, organisée et coordonnée en France par l’Institut français, en janvier 2016, la deuxième édition de La Nuit des Idées, «grand rendez-vous dédié à la pensée contemporaine et au partage international des idées», aura lieu, cette année, en France et dans 40 autres pays, dont l’Algérie, le jeudi 26 janvier 2017 autour du thème «Un monde commun».

L’événement «prend de l’ampleur» puisqu’il devient «participatif et international» avec 70 événements dans le programme officiel et de nombreux autres du programme participatif. A Alger, le programme se déclinera dans sept lieux pour une nuit de fête, d’échange, de débat, d’idées… Oran sera également de la partie avec une conférence, un prolongement à cette nuit…

Alger est une des cinquante villes qui participent à la deuxième édition de la «Nuit des Idées,» une manifestation «dédiée à la circulation internationale des idées», organisée et coordonnée une première fois en France par l’Institut français, en janvier 2016, mais qui «prend de l’ampleur», cette année, puisqu’elle devient «participative et internationale». Fort du succès de l’année dernière puisque la «Nuit des Idées,» a réuni quelques 4000 personnes au Quai d’Orsay «pour échanger avec de grandes voix françaises et étrangères sur le monde de demain», l’Institut français renouvelle sa belle initiative mais cette fois-ci dans 40 pays, 50 villes, dans cinq continents, avec plus de 70 événements dans le programme officiel et de nombreux autres inscrits dans le programme participatif. Pensée comme «une grande fête, résolument internationale, festive, accessible», la «Nuit des Idées» 2017 a pour thème «Un monde commun». En Algérie, le jeudi 26 janvier 2017 auront lieu différents événements durant toute la nuit, dans sept lieux à Alger, à savoir l’Opéra d’Alger, l’Institut français d’Alger, la Baignoire, la Cinémathèque algérienne, le centre Les Glycines, l’Institut Cervantès et l’espace Les Ateliers Sauvages. A Oran, en prolongement de la Nuit des Idées, une conférence sera animée ce jour-là à 18h par Yves Aubin de La Messuzière, diplomate et ancien ambassadeur au Tchad, en Irak, en Tunisie et en Italie. Intitulée «Monde arabe, le grand chambardement», cette rencontre porte le même intitulé qu’un ouvrage du conférencier, paru récemment chez Plon (France) dans la collection Tribune du Monde. A Alger, en pré-ouverture à cette nuit, l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïeh abritera un spectacle de chant lyrique avec la soprano Amel Brahim Djelloul, le mercredi 25 janvier à 19h30. Ce spectacle, intitulé «Qamar-Al Zâman et la princesse Boudour» est un extrait du recueil «Les Mille et Une Nuit». Le jeudi 26 janvier, de 17h à 19h, un vernissage de l’exposition de photographie «ça va waka» de Nassim Rouchiche aura lieu en présence du photographe à La Baignoire. La Cinémathèque algérienne accueillera de 17h à 19h les élèves du Lycée international Alexandre-Dumas, autour de la thématique «Citoyen du monde». L’Université pour tous organisée par le centre diocésain Les Glycines s’intégrera au programme de «la Nuit» des Idées, avec la rencontre «Figures et formes de la folie dans les textes algériens», qui sera animée par Kahina Bouanane, de 18h à 20h. Ali Benmakhlouf, agrégé de philosophie et professeur à l’université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne, sera l’invité, de 20h à 22h, de l’Institut français d’Alger pour une rencontre sur la «civilité, civilisation et frontières de la justice», qui sera modérée par Sobhi Bouderbala, docteur en histoire et maître-assistant à l’université de Tunis. L’Institut Cervantès accueillera plusieurs activités : d’abord, de 20h30 à 22h30, une rencontre proposée par l’Institut culturel italien (avec traduction simultanée) avec l’écrivain et journaliste Bruno Arpaia, autour de son dernier ouvrage «Qualcosa là fuori», et Giuseppe Cederna, acteur et écrivain, ainsi qu’un intermède musical du duo Salim Dada et Redouane Amir ; ensuite, de 22h30 à 00h, l’Institut Cervantès proposera sa propre activité : un spectacle de musique flamenco avec le groupe Nesma. Du côté de l’Institut français d’Alger, Amin Zaoui, écrivain et professeur à l’université d’Alger animera une rencontre sur le «vivre ensemble», de 22h30 à 23h30. Au niveau de l’espace Les Ateliers Sauvages, une présentation du n° 33-34 «l’Esthétique de la crise. Par-delà la terreur» de la revue Naqd, à l’occasion du 25e anniversaire de sa création, aura lieu de 00h à 2h. Mary Jimenez présentera dans ce même espace son film «Héros sans visage». En outre, et durant toute la nuit, des lectures itinérantes par la Fabrique des Lecteurs sont prévues dans les différents lieux participants à l’événement, et des animations seront organisées à la Médiathèque de l’Institut français d’Alger. Par ailleurs, «Grand rendez-vous dédié à la pensée contemporaine et au partage international des idées», cette manifestation qui réunit artistes, écrivains, chercheurs, philosophes, etc. pour des échanges avec le public est une «nuit où les enjeux de notre temps seront placés sous les feux croisés de la réflexion philosophique, des savoirs scientifiques, des pratiques artistiques et des expériences littéraires», précise-t-on dans la présentation sur le site internet dédié à l’événement. Concernant le thème de cette année, «il fait écho, pour les organisateurs, à une série de questions Inscrites sur l’agenda du débat mondial : de l’environnement aux migrations, de la multiplication des flux numériques à l’essor des villes-mondes ou la globalisation économique». Thème qui reflète également «l’esprit de cette initiative» : «s’interroger ensemble dans un monde où se multiplient conflits et divisions, sur les responsabilités communes et aspirations partagées ; proposer une thématique à la fois unique et multiple, que chaque pays et chaque lieu puisse s’approprier à sa manière».