Le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a rejeté la demande des partisans de l’ancien coordinateur du Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes) Abdelmalek Rahmani, pour la tenue d’un congrès national.

Le ministère du Travail a estimé que la tenue dudit congrès est illégale et que cette demande n’est pas conforme, car les conditions légales ne sont pas réunies pour l’organisation du 6e congrès du Cnes. « Les conditions ne sont pas réunies pour l’organisation de ce congrès », tel est le motif avancé par le ministère pour motiver le rejet de la demande de l’ancien coordinateur du Cnes. Le département ministériel cite les pièces manquantes dans le dossier de la demande. Il s’agit du rapport de l’huissier de justice et l’autorisation pour la tenue du congrès devant être délivrée par les services du ministère de l’Intérieur. Selon une source, un dossier similaire a été introduit le 14 septembre au niveau du ministère par le coordinateur national du Cnes, Abdelhafid Melat. Ce dossier, déposé au niveau des services du ministère du Travail, est complet et obéit à toutes les conditions légales et conformes à la loi en vigueur pour la tenue de ce rendez-vous organique du syndicat, affirme la même source. Par ailleurs, il y a lieu de signaler que les recteurs des universités de Béjaïa, Batna, Tiaret et Msila ont gelé les comptes du Cnes au niveau local, suite à une demande formulée par Melat.