La ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendada a mis fin aux fonctions du Directeur général de l’Office national de Ryadh El Feth (Oref) hier, mercredi 26 février. «Suite à l’état de blocage de l’Oref, au centre des préoccupations des travailleurs», le ministère de la Culture et des Arts à ouvert «une enquête ces derniers mois», aboutissant au constat d’«un défaut gestion» de la part du Directeur général de l’Oref, annonce le ministère dans un communiqué.
Il est précisé dans le communiqué que «le non-respect des instructions, qui constitue un manquement aux devoirs» a incité le ministre de la Culture et des Arts «à prendre la décision de mettre fin aux fonctions du Directeur général de l’Oref le 26 août 2020». Il est également précisé que suite à ce limogeage, «immédiatement, le ministère de la Culture et des Arts a ouvert un dialogue avec les partenaires sociaux de l’office, qui a abouti à des instructions pour prendre en charge les revendications légitimes des travailleurs» et «proposer un plan de redressement pour rétablir l’équilibre financier de l’établissement et réformer son système de gestion».
Le Directeur général de l’Oref, Maâmar Guenna, avait été placé à la tête de l’Oref en 2013, avec comme principale mission de revitaliser le centre des arts à l’agonie et au cœur de nombreuses polémiques et redresser la situation financière de l’office au centre de plusieurs scandales financiers.
L’Oref, qui regroupe le Centre des arts et le bois des Arcades, un des principaux espaces de divertissement de la capitale, après de grandes opérations de réhabilitation des espaces et l’organisation des différents festivals sur les lieux, le Directeur général de l’Oref avait réussi un tant soit peu à redynamiser l’Oref et augmenter son taux de fréquentations en mettant en place une stratégie pour diversifier les sources de revenus de l’Oref. Mais suite à la double crise sanitaire et économique qui a frappé de plein fouet le pays, le vernis s’est rapidement craquelé et les dissensions ont éclaté au grand jour. Ce qui a amené inéluctablement au limogeage du Directeur général.
Pour rappel, en 2010, l’Oref était au centre d’un grand scandale financier sur la base de lettres de dénonciation anonymes où plusieurs de ses responsables ont été interpellés par la police dont le Directeur général de l’époque qui avait aussi été limogé suite aux conclusions de l’enquête.