Le juge près le tribunal d’Ain Turck (Oran) a placé en détention, dimanche, une personne impliquée dans une affaire de diffusion de rumeurs portant préjudice à l’intérêt national, a-t-on indiqué dans un communiqué dont une copie a été remise à l’APS. Il s’agit, selon le communiqué, d’une affaire de publication sur les réseaux sociaux de fausses informations selon lesquelles des personnes placées en quarantaine au complexe touristique «Les Andalouses» auraient quitté le confinement en utilisant leurs connaissances. Conformément aux dispositions de l’article 11 paragraphe 3 de la loi des procédures pénales, l’auteur de telles rumeurs qui, à l’heure actuelle, sèment la confusion et la panique au sein des citoyens, a été présenté dimanche devant le juge. Les faits de l’affaire remontent au 23 mars, lorsque des informations sont parvenues à la section de recherche de la gendarmerie d’Oran selon lesquelles l’auteur d’un message sur les réseaux sociaux, âgé de 30 ans, véhicule des rumeurs que les enquêtes ont démontré qu’elles sont dénuées de tout fondement. Arrêté, le prévenu a été présenté dimanche devant le juge pénal du tribunal d’Ain Turck. Son affaire a été qualifié de délit subversif à des fins de propagande visant à porter atteinte à l’intérêt national et a été placé en détention préventive. Par ailleurs, le procureur de la République près le tribunal d’Ain Turck a démenti, à travers ce communiqué, la mise sous mandat de dépôt d’une femme pour diffusion d’une vidéo sur le même sujet comme rapporté sur les réseaux sociaux, affirmant qu’elle est poursuivie pour la même inculpation mais a été mise en liberté. n