Le 31 décembre, comme chaque année à cette date, les Oranais n’ont pas failli à la tradition. La célébration du passage au nouvel an a revêtu cette année un cachet particulier.

En effet, ils étaient plusieurs de différents âges et niveau social à sortir fêter cet évènement. La musique résonnait de partout, signe que la fête était au rendez-vous. Auparavant, la célébration des fêtes de fin d’année se limitait aux personnes aisées financièrement, mais cette année, même les petites bourses sont sorties célébrer l’événement en dépit de l’érosion du pouvoir d’achat et de l’austérité. Certains se sont même offert un dîner gastronomique à 5 000 DA, même si un commerçant nous a fait part de la diminution du chiffre d’affaires qu’il a coutume de réaliser par rapport aux années précédentes.
Face à cette foule nombreuse, les forces de l’ordre ont été déployées pour veiller à leur sécurité et intervenir en cas d’incidents. « 3 000 policiers ont été mobilisés pour la sécurité des réveillonneurs», indique le porte-parole Salim Arioua, chargé de communication de la Sûreté d’Oran.
Il en est de même pour les services de la Protection civile qui ont été mobilisés pour une éventuelle intervention en cas de situation « urgente ». La Protection civile a, en effet, compté « vingt interventions, en particulier pour conduite en état d’ébriété et excès de vitesse », soulignant toutefois que le nombre d’accidents a diminué par rapport au réveillon de l’année passée. n