Un filet dérivant de près de 800 mètres, signalé par des pêcheurs, a causé des dégâts écologiques sur la faune et la flore marines près des îles Habibas, situées à 12 kilomètres de la côte oranaise, a-t-on appris du secrétaire général de l’association Barbarous.

Une partie de ce filet qui avait capturé énormément de poissons (mérous, badeches, thons rouges, crustacés…) a été renflouée par une équipe de plongeurs de l’association dans la journée de vendredi, mais le manque de moyens humains n’a pas permis de récupérer la totalité de ce filet gigantesque qui a été emporté par les courants, a fait savoir Amine Chakouri. La pêche est interdite dans cette zone marine classée et protégée, a indiqué la même source, qui a affirmé que c’est le plus grand filet qu’il a vu « au cours d’une longue expérience de renflouage de filets fantômes, dans le cadre de l’association ». Ce genre de filets qui dérivent et finissent au fond de la mer, menacent les espèces qu’ils capturent et tuent, mais aussi des espèces végétales qu’ils étouffent, pouvant ainsi rendre désertique tout un périmètre, a-t-il expliqué. Le renflouage de la totalité du filet nécessite une seconde opération de plongée, voire deux, programmées après la fête de l’Aïd en raison des conditions météorologiques inappropriées dans les jours à venir. La partie renflouée du filet a été remise aux garde-côtes de Bouzedjar qui ont participé à l’opération de renflouage, a indiqué M. Chakouri, soulignant qu’il souhaite que le Commissariat national du littoral (CNL), co-gestionnaire des îles avec l’association Barbarous, leur prête mainforte dans cette opération qui nécessite la mobilisation d’un maximum de plongeurs.