Le procureur de la République près le tribunal correctionnel d’Oran sis à la cité «Djamel» a requis, hier, des peines de cinq années de prison ferme à l’encontre du propriétaire d’une société de promotion immobilière actuellement en fuite et de trois années fermes à l’encontre de son épouse, pour escroquerie. Les faits de cette affaire remontent au mois d’avril dernier, lorsque deux victimes se sont présentées au service économique et financier de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya d’Oran pour déposer plainte pour escroquerie contre la gestionnaire d’une société de promotion immobilière dans la vente d’un appartement et de locaux commerciaux dans une résidence au quartier de Gambetta. La première victime ayant versé à la société une somme de 9 millions DA en plusieurs tranches pour l’achat de l’appartement pour s’apercevoir plus tard qu’il’ a été vendu, auparavant, à quatre personnes différentes. La seconde victime, une Algérienne établie à l’étranger, a versé à la gestionnaire de la société une somme de 40 millions DA pour l’achat de trois locaux commerciaux dans la résidence, qui se sont avérés fictifs. Le préjudice global pour les deux victimes s’élève donc à 49 millions de dinars. A l’audience, la mise en cause a nié les faits qui lui étaient reprochés et a déclaré que les victimes avaient traité les affaires en question avec son mari, propriétaire de la société, actuellement en fuite, alors que les deux victimes ont répliqué que l’argent avait bel et bien été versé à l’épouse du promoteur. L’affaire a été mise en délibéré et le verdict sera prononcé la semaine prochaine.