Entre la direction du commerce, les distributeurs de lait en sachets et l’Association de la protection du consommateur et son environnement (Apoce), c’est la guerre des déclarations sur les causes de la perturbation d’approvisionnement et l’anarchie des prix et de la qualité du lait en sachet.

Une crise qui a longtemps été observée au Centre du pays, mais qui a fini par toucher l’Ouest, et Oran spécialement. Puisque la capitale de l’Ouest, en plus de la faible production locale, recourt aux wilayas de Sidi Bel Abbès, Mostaganem et Saïda pour s’approvisionner. Cela a donné lieu à une anarchie dans le secteur sous les yeux des responsables de la DCP.
Ces derniers se défendent en affirmant que leurs équipes sont omniprésentes sur le terrain pour contrôler la marchandise et veiller sur les prix proposés. Selon certains citoyens, le prix du sachet a été augmenté de 5 DA. Selon l’Apoce, qui reçoit régulièrement les doléances des consommateurs, ces derniers se plaignent de la qualité du lait produit à Oran par rapport à celui de Saïda, qui résiste à la péremption. De leur côté, les distributeurs disent qu’ils transportent de grandes quantités de lait quotidiennement d’Oran et des autres wilayas. De plus, la marchandise est remise à d’autres distributeurs qui se chargent de faire la tournée aux magasins d’alimentation générale de la ville, d’où la hausse des prix. Entre les trois acteurs du secteur, on se rejette la balle, chacun nie sa responsabilité sur cette perturbation. Le sachet de lait subventionné est désormais disponible partout, affirme le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazgui.
Interpelé lors d’un point de presse, animé en marge de son audition par la commission de l’agriculture du Sénat sur le dossier du foncier agricole, Abdelkader Bouazghi rassure que son département a «pris toutes les dispositions pour assurer des quantités suffisantes de lait, notamment, durant le mois sacré de Ramadhan ». Le ministre dira : «Depuis qu’on a confié la production et la distribution du lait au group Giplait, une amélioration a été constatée au niveau de la capitale.» Une stabilité a été enregistrée à l’Est du pays, ajoutera-t-il. Concernant l’Ouest, Abdelkader Bouazghi signale que la tutelle est en contact avec les autorités locales pour prendre les dispositions nécessaires, afin d’assurer une bonne distribution. Il promet de la rigueur dans le contrôle des laiteries et fait savoir que son département a pris des mesures en procédant à la fermeture de 7 laiteries, et ce, grâce au travail effectué par les commissions d’enquête mises en place.  Avec l’approche du mois de Ramadhan et de la saison estivale, la demande sur le lait en sachet augmente, notamment de la part des magasins des glaces dès le mois de mai. Ce qui risque d’aggraver la crise et mettre les professionnels et les citoyens dans l’embarras.