Même avec la surveillance accrue des gardes-côtes pour intercepter les harraga, les jeunes Algériens tentent assidûment de rejoindre l’autre rive de la Méditerranée.
Les services de sécurité de l’Oranie ont réussi à démanteler 5 réseaux passeurs de migrants irréguliers, a fait savoir, jeudi dernier,

le wali d’Oran Mouloud Cherif, lors d’une conférence de presse au siège de la Protection civile de la wilaya. Des réseaux spécialisés dans la recherche et l’embarcation des citoyens dans des barques de fortune ou de mort. Une activité «lucrative» pour ces trafiquants et à laquelle les services de l’ordre vont oeuvrer à éliminer, tout en conseillant aux citoyens de ne pas se laisser tenter par ces réseaux qui n’ont d’autre souci que de gagner de l’argent.
Le wali d’Oran a, à l’occasion, exprimé sa compassion avec les familles des harraga «disparus», tout en expliquant que les efforts des éléments de la Protection civile et des unités nautiques se poursuivent pour trouver et repêcher leurs corps. Il a dans ce sens expliqué que la wilaya a mis en place une cellule de crise pour chercher et repêcher les haraga ayant trouvé la mort suite à l’explosion du bateau qui les transportait à 50 miles au large du nord-est d’Oran. Selon le bilan des interventions de la Protection civile, 9 personnes ont été secourues, 8 cadavres ont été repêchés en mer tandis que 12 personnes, sont toujours portées disparues.