Afin de rendre la décision d’interdiction des poids lourds au sein du tissu urbain, plus performante, les responsables de la wilaya essayent vainement de cerner ce problème à travers la carte du pôle commercial d’El Kerma,

qui regroupe déjà plusieurs activités, en attendant les grossistes de Sidi El Hasni et Soufi Zoubida, pour désengorger la ville de ces camions qui créent le désordre, mais les commerçants campent toujours sur leur position, refusant l’idée du transfert de leurs activités vers le marché d’El Kerma. La semaine dernière, une source a fait état d’un éventuel compromis trouvé avec les responsables, afin de procéder à la délocalisation de ces grossistes. Sachant que plusieurs tentatives ont été lancées auparavant par les responsables locaux mais rien n’a changé. Pour eux, «ce n’est qu’une question de temps, et le problème sera résolu.» Mais sur le terrain rien n’indique qu’un transfert est en perspective. C’est donc une initiative clé dans le programme de lutte contre le phénomène de la circulation, devenu récurrent au sein de la ville, dont les autorités concernées n’ont pu trouver une solution. En chiffres, plus de 200 000 véhicules rentrent à Oran quotidiennement en provenance d’autres wilayas, dont 1 000 camions environ se déplaçant généralement à partir du port d’Oran. «Un chiffre très important en comparaison aux infrastructures routières reliant les différentes localités d’Oran, qui sont loin d’avoir la capacité de contenir le nombre de véhicules que compte cette wilaya», estiment certains responsables du domaine. Il faut dire que les embouteillages suscitent des questions sur la manière d’organiser et de gérer la circulation routière, étouffée par une lourde présence des moyens de transport collectifs.
Il est donc impératif d’apporter des solutions à ce calvaire quotidien. Il est vrai qu’une série de recommandations a été établie, dont celle d’éviter d’entamer des travaux routiers durant la journée. Toutefois, les Oranais subissent au quotidien le calvaire des embouteillages. L’anarchie se caractérise également par les multiples embouteillages et accidents qui surviennent sur les grands axes routiers, comme celui du 3e boulevard périphérique.
La cause principale, selon les automobilistes, demeure sans doute les poids-lourds, qui circulent tout le temps, dans des routes étroites, créant ainsi des embouteillages et même des accidents de la circulation. Le rond-point d’El Bahia et celui de la cité Djamel sont des exemples de l’anarchie et du diktat imposé par les poids-lourds, qui sévissent depuis des années.n