L’impact de l’arrêt depuis plus d’une semaine des agents chargés de la collecte ordures ménagères employés par des entreprises privées a été immédiat sur l’état des rues et ruelles à Oran.

Un problème de paiement des situations de ces entreprises, qui se disent asphyxiées par le retard de versement de leurs arriérés par les services habilités de l’APC. Une situation loin d’être nouvelle, puisque les concessionnaires en contrat avec l’APC d’Oran vivent régulièrement cette situation de non-paiement ou de retard de paiement qui impacte directement sur les salaires des employés de ces entreprises privées. Pour rappel, ces entreprises privées de collectes d’ordures ménagères se retrouvent chaque fois asphyxiées financièrement, suite aux retards cumulés enregistrés depuis plus d’une année, pour certaines d’entre elles, voire plus pour d’autres. Cette situation se répercute inévitablement sur la gestion de ces petites entreprises, avec le salaire des employés et les frais de maintenance de leur parc roulant et autres nécessités, entrant dans le bon fonctionnement de toute entreprise. D’où, l’appel en direction des autorités et du wali d’Oran, particulièrement, pour tenter de débloquer la situation et permettre à ces entreprises d’être payées régulièrement et dans les temps pour la bonne marche du circuit de collecte à travers la commune. Ainsi, les conséquences sont directement constatées sur l’état d’insalubrité de certains axes, rues et ruelles qui vivent depuis le débrayage sous les amas d’ordures qui s’entassent de jour en jour.
Plusieurs quartiers d’Oran sont confrontés ces derniers jours à ce sérieux problème d’insalubrité, des amas d’ordures jonchent le sol dans plusieurs quartiers, El Hamri, Ibn Sina pour ne citer que ces secteurs. Combien va durer encore la grève enclenchée depuis plusieurs jours par les concessionnaires privés chargés de la collecte des ordures ménagères ? Les secteurs urbains ne peuvent faire face en raison des moyens limités dont ils disposent. Ce mouvement perdure et risque d’entraîner des conséquences qui rappellent un certain été nauséabond à Oran. Les tentatives entreprises pour parvenir à un terrain d’entente avec les responsables locaux n’ont pas abouti, selon les concernés qui ajoutent que des promesses ont été données pour résoudre le problème des arriérés de salaires, en vain.
Les grévistes ont immobilisé leurs camions poubelles tout au long de l’artère donnant sur leur parc à Akid-Lotfi. Ce mouvement de grève était très attendu, vu la détérioration des conditions de travail, au début de cette année, un mouvement auquel s’est joint un collectif de concessionnaires qui vivent le problème depuis 2015. n