Proposé à la privatisation à l’issue de la réunion du Conseil des participations de l’Etat (CPE), le Complexe touristique « Les Andalouses » ne sera finalement pas cédé au privé sans l’autorisation du président de la République.

C’est le président Bouteflika qui, dans une instruction adressée au Premier ministre, «subordonne désormais tout projet d’ouverture de capital ou de cession d’actifs de l’entreprise publique économique à l’accord, préalable, du président de la République».
A Oran, ce complexe, la perle de la Corniche oranaise qui affiche complet de juin à septembre de chaque année, figurait parmi les biens étatiques qui étaient sur la liste des 1 200 entreprises étatiques tous secteurs confondus à privatiser.
Selon un professeur en économie que nous avons contacté « la décision du président de la République quant à la vague de privatisations est tombée à point nommé, puisque plusieurs entreprises, dont le Complexe des Andalouses allaient être cédées au privé pour des sommes symboliques, alors que le bilan de cette infrastructure hôtelière et touristique n’est pas si alarmant que ça.
Le complexe, qui propose des prix très raisonnables aux clients, est financièrement en bonne santé, il vient d’ailleurs, de subir une grande opération de lifting et n’a rien à envier aux grands complexes concurrents». Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, le patron du FCE, Ali Haddad et le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi-Saïd, ont procédé, le 23 décembre dernier, à la signature de la Charte du partenariat public privé (PPP) qui ouvre la voie à la privatisation (ouverture du capital) des entreprises publiques.

Ouf de soulagement des travailleurs
Le secteur du tourisme est le premier concerné par cette décision. Cette opération concernait une soixantaine d’entités. En plus du Complexe des Andalouses, on cite le prestigieux hôtel El Djazaïr (ex-Saint Georges), Safir (ex-Mazafran) et El Manar de Sidi Fredj. Si le Complexe des Andalouses avait été cédé à un repreneur, le sort d’une centaine de travailleurs aurait été menacé. Les précédentes opérations de privatisation des entreprises publiques ont toujours fini par une vague de licenciements et un marathon de protestation.
Les travailleurs de cet établissement craignaient un tel sort. Il faut dire que le décision du président de la République les a soulagés et rassurés sur leur avenir professionnel. Créé en 1973, le Complexe des Andalouses, est le premier grand centre touristique de l’Ouest et l’un des plus beaux d’Algérie, situé sur la Corniche ouest d’Oran, relevant de la commune d’El Ançor.
Il est distant de 25 km de la ville d’Oran El Bahia et à 34 km de l’aéroport international d’Oran. Il est implanté sur une plage de 1 200 m le long de la baie des corailleurs et au pied d’une montagne. S’étendant au milieu d’un espace vert avantageusement boisé et fleuri et sur 20 ha bâtis, 175 bungalows, villas et un hôtel de 402 chambres avec une belle et immense plage, protégée et nettoyée, une piscine olympique et sa gigantesque khaïma pour les soirées festives.