A entendre parler les praticiens et les responsables du secteur de la santé, l’épidémie de choléra, apparue dans quelques communes de quatre wilayas du centre n’a pas vraiment besoin de tant de tapages médiatiques. « C’est une maladie qui a ses symptômes, mais qui est facilement traitable. »

Un discours totalement opposé à la panique qui a vite fait de s’emparer de l’ensemble de la population qui, contrairement à la communauté savante, perçoit différemment ce problème apparu en ce mois d’août. Ce qui est certain, et à en croire le ministère de la Santé, « au total, 59 cas de choléra ont été confirmés parmi les 172 hospitalisés depuis le
7 août 2018 ». Aucun cas de choléra n’avait été détecté en Algérie depuis 1996, tandis que la dernière épidémie d’ampleur remonte à 1986. Epidémie de choléra ou pas, il faut dire que le seuil limite d’insalubrité a été atteint dans toutes les communes du pays et nul ne peut nier cet état de fait. L’apparition de la maladie du siècle dernier serait-elle salutaire pour qu’un déclic se fasse ? Et le citoyen ne peut porter seul ce fardeau, comme on tente de le lui imputer. La gestion des ordures a de tout temps posé un sérieux problème. Mais qu’à cela ne tienne, un sursaut d’orgueil s’est propagé à travers les réseaux sociaux, et une grande opération de nettoyage à travers les quartiers « Nadhef Hawmtek » a été lancée. Le département de Fatma Zerouati, le ministère de l’Environnement, a emboîté le pas aux « facebookers » et lancé aussi une autre initiative, et tant mieux, si le ministère est capable de mettre le paquet en moyens humains et matériels pour un nettoyage général. Ainsi pour ce qui est d’Oran, les « facebookers » ont décidé de la journée de ce vendredi pour une vaste opération pour assainir les quartiers. Le département de l’environnement, quant à lui, a décidé de la journée du jeudi 30 août pour une opération de grande envergure. Dans ce cadre, la campagne vise à sensibiliser le citoyen sur l’impératif de préserver l’environnement et l’espace de vie et de l’impliquer dans des actions de nettoyage qui ne seront pas «conjoncturelles », a indiqué la ministre lors d’une rencontre organisée pour annoncer cette initiative écologique en présence des représentants de plusieurs ministères, à l’image de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, des Ressources en eau, de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville ainsi que de la société civile. L’existence de la volonté politique, des technologies et l’affectation d’importantes enveloppes financières pour les investissements, s’inscrivant dans le cadre des stratégies de protection de l’environnement, sont des démarches « dont les objectifs escomptés ne peuvent être réalisés » en l’absence de civisme, a déclaré Mme Zerouati, déplorant « le manque de responsabilité dans la société ». « Le citoyen doit adhérer impérativement et en urgence à la culture de préservation de l’environnement », a-t-elle estimé. Par ailleurs, et concernant des mécanismes de coercition, Mme Zerouati a fait état d’une « sérieuse » réflexion sur l’institution d’une peine applicable par la loi à toute atteinte à l’environnement. Elle a évoqué, à ce propos, une proposition de sanctions à l’encontre des pollueurs devant le Conseil du gouvernement. Soulignant que la priorité du ministère actuellement est d’œuvrer afin d’inciter les citoyens à faire preuve de civisme. La ministre a précisé que la coercition sera un moyen supplémentaire en plus des efforts visant la préservation de l’environnement. Mme Zerouati a annoncé que son secteur s’attèlera à la préparation de la prochaine fête de l’Aïd El Adha afin de contenir tous les problèmes environnementaux induits par l’accumulation des déchets durant cette occasion. Indiquant que ses services envisagent un dispositif « intégré » pour prendre en charge définitivement le problème des déchets.
Outre les collectivités locales et la société civile, les entreprises économiques activant au niveau local
participeront à cette campagne nationale de nettoyage en assurant tous les moyens nécessaires afin d’assurer le succès de cette opération, ont indiqué les promoteurs de cette
initiative. n