Le logo officiel des Jeux méditerranéens a arrivé lundi après-midi à l’aéroport International d’Oran Ahmed-Ben Bella. Une cérémonie publique a été organisée au siège du Comité international des Jeux méditerranéens (CIJM) pour la préparation des Jeux méditerranéens en 2021 sur le Front-de-mer pour lancer le compte à rebours de l’événement d’Oran.

Un événement que les responsables de l’Etat veulent faire une référence en matière d’organisation des événements mondiaux, alors que le pays songe sérieusement à se mettre dans la course au Mondial 2030 aux côté des voisins marocains et tunisiens. Lundi, le P/APC d’Oran a reçu le drapeau de la compétition, lors de la cérémonie de clôture organisée au Nou Estadi du Gimnàstic de Tarragona, lors d’une grande fête qui a sonné la fin d’intenses jours de compétition, où le sport a été la vedette. La cérémonie était présidée par Amar Addadi, président du Comité international des Jeux méditerranéens, Josep Fèlix Ballesteros, président du Comité organisateur des Jeux méditerranéens et maire de Tarragone, et Alejandro Blanco, président du Comité olympique espagnol, et avec la présence de Noureddine Boukhatem, P/APC d’Oran et représentant de la ville algérienne qui prend le relais de Tarragon pour organiser les XIXe Jeux méditerranéens. C’est ainsi, pendant cet acte, que le drapeau du Comité international des Jeux méditerranéens à Tarragona a été remis à nos représentants algériens, qui travaillent déjà à la réussite de la prochaine édition des Jeux. Plusieurs infrastructures sont en cours de réalisation, d’autres bénéficient d’un coup de lifting, afin qu’Oran et l’Algérie soient au rendez-vous le jour « J ». A ce propos, le président du Comité international des Jeux méditerranéens avait alerté les responsables locaux que les travaux qui traînent notamment au niveau du stade et du village olympiques risquent de poser des problèmes au comité et à la ville organisatrice.
Une sorte d’électrochoc qui a secoué le wali et son exécutif, qui ont mis encore plus de pression sur les entreprises réalisatrices, pour qu’elles finissent les travaux et permettre au comité d’organisation de voir plus clair et rassurer les Oranais et les Algériens. Surtout que cet événement rassemble plusieurs pays du bassin méditerranéen et que l’organisation devra être sans faille, pour ouvrir la porte à d’autres événements planétaires.