Par Fayçal Djoudi
Les habitants de Haï Colonel Amirouche (ex-Choupot), quartier d’Oran, se sont réveillés, hier, sur une véritable tragédie suite à l’effondrement d’une vieille bâtisse, qui a causé la mort de deux personnes et des blessures à une fillette de 7 ans. Situé rue Debka-Sadek, au centre-ville, l’immeuble en question a été récemment restauré et repeint.
La problématique du vieux bâti se pose toujours à Oran. Hier, encore, un effondrement a eu lieu dans le quartier Colonel Amirouche, où un couple a trouvé la mort. L’intervention des agents de la Protection civile a permis de sauver trois enfants de ce couple, coincés sous les décombres. Une fillette de 7 ans a été blessée. Les dépouilles des deux victimes (55 ans et 43 ans) ont été dégagées des décombres du vieux bâti et déposées à la morgue du CHU d’Oran. La bâtisse est un ancien dépôt où vivaient, depuis plus de 20 ans, les victimes et deux autres familles.
L’immeuble en question a été sujet à des effondrements partiels à plusieurs reprises, dont l’un en 2008. Il a été restauré il y a un an, selon les habitants de ce quartier, relevant du secteur urbain El Badr. Suite à ce drame, le procureur de la République près le tribunal d’Oran a annoncé l’ouverture d’une enquête. Il faut dire que cet effondrement fait suite à plusieurs autres, tragiques à chaque fois. De nombreuses bâtisses d’El Bahia présentent un risque d’effondrement. Malgré les efforts des autorités locales et les opérations de relogement, des centaines de familles vivent dans des immeubles qui risquent de s’écrouler à tout moment.
Le mois dernier, un immeuble de trois étages s’est effondré dans le quartier populaire de Derb, causant d’importants dégâts matériels. Les sept familles occupant la vieille bâtisse ont été surprises par un étrange bruit provenant des fondations usées, ce qui les a amenées à quitter leurs logements, une réaction qui a permis aux occupants d’avoir la vie sauve. Les locataires de l’immeuble, construit dans les années 1950, ont été secourus par leurs voisins qui se sont précipités pour leur porter aide et assistance. Les malheureux rescapés de cette catastrophe ont planté des tentes de fortune sur les lieux même de l’accident. La wilaya d’Oran compte plus de 1,500 million d’habitants, 1 990 immeubles menaçant ruine, et plus de 200 effondrements ont été recensés et 150 risques d’effondrement et des milliers de demandes de logement sont en souffrance depuis une vingtaine d’années. De nombreuses opérations de réalisation de logement ont été lancées par les autorités locales, cependant le problème du vieux bâti a encore de beaux jours devant elle.n