Depuis quelques jours, une odeur nauséabonde envahit le centre-ville d’Oran et est ressentie à travers un large périmètre. Nombreux citoyens s’interrogent sur cette situation, entre éclatement d’une canalisation d’eaux usées et un refoulement d’odeurs à partir du port d’Oran. En tout cas, les spéculations vont bon train et, pour l’heure, aucune information n’a été apportée ni par l’APC ni par les services spécialisés de la Direction de l’hydraulique ou encore de la Seor. Ce ne sont pas de simples odeurs habituelles dues à un quelconque écoulement d’eau usée, mais depuis ces deux derniers jours, la propagation insoutenable arrive jusqu’à l’intérieur des maisons de la cité Bel air, jusqu’au bas du front de mer, une distance assez importante. Pour certains habitants du centre-ville d’Oran, un important chantier de promotion immobilière est mis en cause, alors que d’autres suspectent un refoulement à partir du port d’Oran. Il faut dire que les écoulements et les fuites constatés un peu partout sur les rues et artères de la ville n’arrangent guère les choses. Selon certaines sources, les inondations qui sévissent dans les caves des magasins et immeubles au niveau de l’importante rue Mohamed-Khemisti seraient à l’origine de ces émanations qui ont envahi une bonne partie de la ville. Au niveau de cette rue principale, ces inondations durent depuis plusieurs années. Les habitants et commerçants sont contraints quotidiennement d’avoir recours à des camions de pompage pour tenter d’atténuer l’écoulement provoqué, à titre de rappel, depuis la construction géante en lieu et place de l’ancien marché de Karguentah. Contactés, les services de l’hydraulique et de la Seor n’ont pas d’explications pour rassurer la population.