Le nouveau pôle urbain de Belgaïd s’attend, dans les mois à venir, à une forte croissance démographique. En effet, ce pôle enregistre actuellement la réalisation de plus de 9 000 logements, dont la moitié a été déjà finalisée.

En effet, près de 45 000 nouveaux habitants débarqueront dans ce nouveau pôle urbain, si on compte les 5 100 logements sociaux réalisés par une société turque auxquels s’ajoutent près de 4 000 logements LPA, dont la majorité réalisée par des promoteurs privés, ainsi que plusieurs tours de promotion privées en cours de réalisation aux alentours du nouveau stade de Belgaïd. Ce nombre important d’habitants offre aux autorités locales un grand défi quant à la gestion de ce nouveau pôle et la mise en place des différentes structures pour assurer un bon cadre de vie aux citoyens. Dans un autre volet, ce sont la circulation routière et le transport qui devront être le problème épineux dans cette partie de la ville. Déjà, durant les heures de pointe, de longues files se dessinent sur la route, reliant Belgaïd à Canastel qui dispose de plusieurs giratoires (Canastel, Bouchikhi et Palais d’Or). A tout cela s’ajoute le nombre important de bus des différentes lignes qui devront être ajoutés, pour faire face à une demande grandissante de transports dans cette partie de la ville. Pis, le projet de l’extension du tramway prévu dans cette partie de la ville est resté au point mort. Interrogé récemment, le wali d’Oran, Mouloud Cherifi, a expliqué que les services de wilaya sont en «attente» d’un éventuel financement de ce projet qui nécessite 40 milliards de dinars. Ces dernières années, avec la conjoncture actuelle du pays, les projets de réalisation des tramways ont été gelés, mais un nouveau brin d’espoir est apparu pour une éventuelle réalisation des extensions du tramway d’Oran.
En effet, le projet de réalisation du tramway de Mostaganem a été confié, en octobre dernier, au groupe algérien Cosider-travaux publics/Cosider-ouvrages d`art qui prendra en charge le parachèvement du projet au lieu de la société espagnole. Les extensions du tramway d’Oran suivront-elles le même exemple ou seront-elles réalisées dans le cadre d’un partenariat public-privé ? Seule une décision du ministre des Travaux publics et ancien wali d’Oran, Abdelghani Zaâlane, pourrait résoudre ce problème. Une annonce qui saura soulager plus d’un à Oran et offrir un nouveau visage à l’est de la ville.