2016 a été pour la wilaya d’Oran, à l’instar des autres régions du pays, l’année de la continuité du processus de résorption du logement précaire et celui de la modernisation de la capitale de l’Ouest en prévision notamment des prochains Jeux méditerranéens de 2021.

Durant l’année 2016, 9 200 logements ont été attribués. Ce chiffre était appelé à atteindre les 11 000 avec la distribution « avant la fin de l’année écoulée », de 2 000 autres. Il y a lieu de rappeler que durant ces trois dernières années, la wilaya d’Oran a relevé de grands défis en matière de mise en œuvre de la politique de l’Etat visant à lutter contre l’habitat précaire. Elle a réalisé un bond qualitatif sur le plan de la mise en œuvre d’importants programmes et projets colossaux de logements, notamment ceux programmés au titre du social locatif (LPL). Les autorités de wilaya veillent à réaliser « une ville moderne sans précarité » conformément aux instructions du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et dans la perspective des prochains rendez-vous que doit abriter la capitale de l’Ouest. « Oran ne peut accueillir une manifestation de la taille des Jeux méditerranéens avec des atteintes environnementales ou urbanistiques », a souligné à l’APS, Mohammed Saber Directeur général de l’Office de promotion et de gestion immobilières (OPGI).

Une réalisation dépassant « tous les objectifs »
Il a rappelé que la coordination des efforts entre l’ensemble des acteurs a contribué largement à impulser la cadence de la réalisation et la livraison des logements sociaux pour leur réception aux dates fixées. Cette même coordination a permis de résoudre les problèmes rencontrés par les comités qui siègent périodiquement et en permanence. Selon M. Saber, la politique adoptée par la wilaya a été concrétisée sur le terrain par la création de cellules de suivi et de coordination entre les chantiers, ce qui a permis de franchir d’importantes étapes pour atteindre l’objectif escompté, celui d’une ville moderne tout en préservant la vieille ville d’Oran, avec son cachet historique et culturel. En 2016, la wilaya d’Oran a poursuivi ses programmes sur la même lancée que celle des années 2014 et 2015. Durant l’année 2016, quelque 9 200 logements ont été attribués. Il a été prévu la distribution, avant la fin de l’année écoulée, de 2 000 unités au niveau du nouveau pôle urbain d’Oued Tlélat. Le Directeur général de l’OPGI a ajouté que ce qui a été réalisé, ces trois dernières années, a dépassé tous les objectifs. Plus de 30 000 logements publics locatifs (LPL) ont été distribués alors que durant toute la décennie 2003-2013, 14 130 logements seulement ont été attribués. D’autre part, les services de la wilaya ont lancé, depuis 2014, des actions de relogement de 21 000 familles résidant dans des habitations précaires. Ces opérations ont permis de récupérer des terrains fonciers, situés dans les zones périphériques et au cœur de la ville, qui seront réservées à abriter des projets d’habitat et des équipements publics. En 2016, quelque 11 530 logements LPL ont été réceptionnés et seront distribués durant l’année 2017, ajoute-t-on. Par ailleurs, la résorption de l’habitat précaire constitue, à l’horizon 2017, un objectif majeur et un enjeu pour donner à Oran, l’image de la capitale de l’Ouest qu’elle mérite et prête à abriter les Jeux méditerranéens en 2021.

Le vieux bâti reprend des couleurs
Pour restituer la splendeur et la beauté d’El Bahia, qui aspire à devenir une métropole méditerranéenne et en prévision du rendez-vous des JM 2021, une vaste opération de réhabilitation du vieux-bâti, touchant notamment les immeubles du centre-ville, cœur battant et miroir d’Oran. Un programme de restauration et de réhabilitation a été mis sur pied par les services de la wilaya et confié à l’OPGI pour toucher 48 immeubles situés dans les rues Larbi-Ben M’hidi et Mohamed-Khemisti, qui se distinguent par leur architecture « très riches » et aux styles diversifiés. Ainsi, 36 immeubles sont actuellement en phase de réhabilitation sur les 48 prévus, selon M. Saber, qui a mis l’accent sur la réception à ce jour de 4 bâtiments complètement réaménagés. Le résultat est tout simplement époustouflant et réussi. « La réhabilitation des immeubles est un projet très important qui redore le blason de la capitale de l’Ouest en redonnant des couleurs à ces constructions d’une valeur urbanistique et historique unique », a-t-il souligné. Le Directeur général de l’OPGI a rappelé que cette opération a nécessité une enveloppe financière de l’ordre de 2 milliards de DA. Il a assuré que cette opération se poursuivra avec la conjugaison des efforts de tous les intervenants.
A partir de mars prochain, il est prévu la réception chaque mois de 2 à 3 immeubles restaurés.(APS)