Par NAZIM BRAHIMI
Les nouvelles émanant du marché gazier mondial, particulièrement à partir du Vieux continent, constituent une opportunité pour l’Algérie qui peut plus que jamais renforcer sa position de grand fournisseur de cette énergie pour les pays de l’Union européenne, surpris devant un marché marqué par la hausse des prix sous l’impact des coupes drastiques annoncées par la russe Gazprom.
Et si Gazprom a justifié ces nouvelles restrictions par une autre opération de maintenance sur le canal qui achemine 35% des 153 m3 cubes de gaz naturel vendus par la Russie aux pays de l’UE, l’inquiétude semble avoir gagné les pays de l’UE. Ces derniers appréhendent cette évolution qui réduit fortement leur capacité à constituer leurs stocks pour l’hiver, faisant planer le risque d’une pénurie durant cette saison à très forte consommation de gaz dans l’ensemble des pays de l’UE. D’où la décision de s’accorder sur une réduction de la consommation prise lors de la réunion extraordinaire convoquée par la Commission européenne et qui a regroupé les ministres européens de l’Energie.
Ce plan, imposé par la conjoncture, prévoit que chaque pays fasse « tout son possible » pour réduire, entre août 2022 et mars 2023, sa consommation de gaz d’au moins 15% par rapport à la moyenne des cinq dernières années sur la même période, avec cette « clause » que cet objectif sera adapté aux réalités de chaque pays, notamment aux capacités d’exporter les quantités de gaz économisées aux pays dans le besoin, grâce à une série d’exemptions, alors que la mouture initiale de la commission européenne avait été désapprouvée par certains pays dont l’Espagne, le Portugal et la Grèce.
Cette situation d’incertitudes que traverse le marché gazier est porteuse d’avantages pour Sonatrach, qui peut, désormais, compter sur des volumes d’exportation en hausse et des recettes qui augmentent grâce aux niveaux des prix affichés depuis l’année dernière et qui ont été boostés par la guerre entre la Russie et l’Ukraine.
Une position confortable affirmée par le patron de Sonatrach qui a fait état de demandes de « nouveaux clients, soucieux de diversifier et d’augmenter leurs approvisionnements en gaz », et qui s’ajouteront aux traditionnels clients de la firme nationale. Ce qui constitue un avantage important qu’offrent les bouleversements que vit le marché gazier mondial sous l’effet de la guerre en Ukraine et du conflit entre Moscou et les pays occidentaux.