Un  mouvement partiel dans le corps de la magistrature a été opéré aujourd’hui même par le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika.

Plusieurs nominations au niveau des cours et des tribunaux ont été effectuées conformément aux dispositions de l’article 92 de la Constitution et de l’article 49 de la loi organique 04-11 portant statut de la magistrature, selon la présidence de la République.