L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés ont convenu, à l’issue de la réunion extraordinaire tenue de jeudi à vendredi par visioconférence, de réduire la production de 10 millions de barils par jour (mbj) dont 200 000 barils pour l’Algérie durant les mois de mai et juin en vue de stabiliser les prix du pétrole impactés par la crise du coronavirus, a annoncé le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab.

Lire également l’article de « Reporters »: « Réunion de la dernière chance aujourd’hui : OPEP+ : Sortir de la «la marée noire» »

Les pays de l’Opep + ont décidé également d’un second accord. Celui-ci porte sur une baisse de la production pétrolière de l’ordre de 8 millions (mbj) durant le second semestre 2020, a ajouté le ministre de l’Energie.

Un troisième accord a été signé aussi par les pays de l’Opep + portant sur une réduction de la production pétrolière de l’ordre de 6 millions (mbj) et ce à partir de janvier 2021 jusqu’au mois avril 2022, a précisé encore Mohamed Arkab.

S’agissant du quota de baisse de la production algérienne, il sera de l’ordre de 200.000 barils par jour (bj) durant les deux mois de mai et juin, avant d’atteindre les 145.000 (bj) pendant le second semestre de l’année 2020, a expliqué le ministre de l’Energie.

« Ces réductions sont nécessaires et indispensables pour aider à la stabilité du marché pétrolier », a-t-il indiqué, faisant observer que l’Arabie Saoudite et la Russie vont réduire pour chacune d’elle une quantité de 2,5 millions de barils/j (soit au total 5 millions de barils/j).

A l’execption du Mexique pour qui la quantité de réduction de sa production n’a pas été encore fixée, tous les autres pays membres de l’Opep+ ont paraphé ces trois accords de baisse, a tenu à signaler le ministre de l’Energie.

Par ailleurs, le ministre de l’énergie a affirmé que les pays de l’Opep+ ont convenu de convaincre, lors de la conférence virtuelle des ministres de l’Energie du G20, prévue vendredi, les autres producteurs pétroliers mondiaux d’adhérer aux présents accords.

Ainsi, la Russie, l’Arabie Saoudite et le Mexique, en tant que pays membres du G20, ont été chargés, selon le ministre de l’Energie, de mener cette mission en vue de faire participer les autres producteurs mondiaux à une réduction supplémentaire de 5 millions barils par jour de manière à soutenir les efforts déployés pour la stabilisation du marché pétrolier.