Dans un entretien accordé au site serbe Blic, Novak Djokovic a évoqué ses objectifs de fin de saison mais s’est également projeté sur celle à venir. Alors que certaines sources affirmaient que la vaccination serait obligatoire pour disputer l’Open d’Australie en janvier, le Serbe refuse de rendre publique sa décision de se faire vacciner ou non. Pour sa reprise, Novak Djokovic est offensif. Ce lundi, dans une longue interview accordée au média serbe Blic, le numéro un mondial, qui vient de reprendre le chemin de l’entraînement après sa finale perdue à New York, a fait le tour de son actualité avant de se projeter sur la saison à venir, qu’il n’est pas encore sûr de démarrer en Australie. En cause, une obligation de vaccin qui pourrait entrer en vigueur la saison prochaine pour le premier Majeur de l’année. «Je suis la situation autour de l’Australie et pour autant que je sache, la décision finale du gouvernement australien et de Tennis Australia sera dans deux semaines, c’est donc la première ou la deuxième semaine de novembre, a-t-il d’abord avancé avant d’évoquer les ‘’spéculations‘’ des médias sur ce sujet. Dans toute cette masse d’informations, je ne sais toujours pas si je jouerai à Melbourne. Je ne sais pas quel sera mon emploi du temps. Il y a trop de spéculation. Les médias spéculent beaucoup et cela m’a beaucoup gêné.»

«UNE AFFAIRE PRIVÉE»
Le Serbe regrette notamment l’utilisation de ses propos d’avril 2020, à propos d’un éventuel vaccin, où il avait expliqué ne pas être «personnellement» pour les vaccins. Depuis, sa position n’a pas varié : il refuse de révéler s’il s’est fait vacciner ou non. «Je ne vous dirai pas si j’ai été vacciné ou non. Il s’agit d’une affaire privée et selon notre loi, celui qui vous le demande, vous pouvez en quelque sorte de lui reprocher de vous l’avoir demandé. C’est une question insensée, a-t-il avancé avant de cibler la culpabilisation issue de ce débat selon lui. Trop de gens aujourd’hui s’accordent la liberté de demander des choses et de condamner une personne. […] Cela sème la peur et la panique parmi les gens et je ne veux pas participer à ça. J’ai l’impression que tout le monde m’est hostile. Je ne veux pas leur donner une raison d’écrire des choses sur moi.» Mais avant 2022, il faut bien finir 2021 avec trois objectifs majeurs : Bercy, le Masters à Turin et la Coupe Davis. «Pour l’instant, je prévois de jouer à Paris, les Final Masters à Turin et la Coupe Davis, a-t-il expliqué. C’est mon programme jusqu’à la fin de la saison. Je devrais être à Belgrade d’ici la fin de la semaine, puis une semaine avant la compétition à Bercy, je quitterai la Serbie afin de me consacrer davantage aux entraînements et aux préparations.»